3444 montréal | Un complément d'actualité LGBT

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Un complément d'actualité LGBT
Et vous, qu'en pensez-vous?
Interview | Société | 05.06.2012 - 01 h 20 | 19 COMMENTAIRES
Un couple gay qui a passé une nuit en avion aux côtés du « dépeceur de Montréal » témoigne

Étiquettes : , , , ,

«On a dormi à côté du dépeceur». Etienne et son compagnon ont encore du mal à réaliser ce qui leur est arrivé. Le 26 mai dernier, ce couple de jeunes Français s’envole de l’aéroport de Montréal pour rentrer à Paris au terme d’un séjour de quinze jours au Québec en amoureux. Les deux hommes sont sur leur petit nuage. C’est leur tout premier voyage à deux à l’étranger.

Le vol, de nuit, se passe bien à ceci près que le comportement du passager assis juste à côté d’eux attire leur attention : «Il n’avait pas l’air bien. Il se mettait toujours de dos, comme s’il avait quelque chose à cacher et il était agité», raconte Etienne à Yagg. Ce n’est que le jeudi suivant leur retour à Paris, le 31 mai, lorsque l’alerte donnée par la justice canadienne est reprise par les médias du monde entier, que les deux hommes se rendent compte qu’ils ont peut-être passé leur nuit en avion aux côté de Luka Rocco Magnotta, ce jeune Canadien de 29 ans soupçonné d’avoir tué avec un pic à glace puis dépecé son amant à Montréal.

«Au début, on n’était pas sûr que c’était lui mais la coupe de cheveux mise à part, il lui ressemblait beaucoup», explique Etienne, qui relate par ailleurs leur rencontre avec celui que l’on surnomme le «dépeceur» sur son blog, Le journal de MisterB*itch: «Il porte un tshirt Mickey, un pantalon kaki, entre 25 et 30 ans, il est grand, un look d’ado, un mec androgyne , les cheveux longs et les yeux clairs, je le place dans la catégorie gay extraterrestre. On espère secrètement qu’il ne va pas s’asseoir à coté de nous, raté! Sans un mot, il se place devant notre rangée, on se lève, il passe devant nous en nous collant. Je ne fais plus attention à lui, on décolle, il se tourne, dos à nous et dort, il est bloqué entre le hublot et nous. Il pue». Contacté par Yagg, Etienne alias Mister B*tch le blogueur, a confirmé son récit et a donné son billet d’avion pour preuve à condition que son anonymat soit respecté:

Une semaine après cet étrange vol de nuit, Etienne ayant quitté Paris pour son travail, son compagnon reste seul avec sa peur. «Je n’ai pas arrêté de me demander si on avait réellement voyagé juste à côté du tueur présumé». Il se repasse la scène en boucle dans sa tête: «J’avais mon bras et ma cuisse collés à la sienne pendant tout le vol et comme c’était un vol de nuit, j’avais posé mon sac à main à mes pieds pour dormir. Il aurait très bien pu prendre mes papiers, connaître notre adresse». Les jour suivants sont tout aussi angoissants. Des témoignages, relayés par la presse, font état de la présence du meurtrier présumé en Seine-Saint-Denis. De quoi imaginer le pire.

Heureusement, Etienne a fait part de leurs soupçons à la police dès qu’il a cru reconnaître leur étrange voisin de vol à la télévision. Il est convoqué au ministère de l’Intérieur le lundi suivant pour déposer son témoignage. C’est au cours de sa déposition, hier après-midi, qu’il apprend en même temps que les policiers par une dépêche du Monde que le tueur présumé a finalement été arrêté à Berlin. Les policiers lui montre alors des images de Magnotta captée par la vidéosurveillance de l’aéroport leur confirmant que lui et son compagnon ont bien passé la nuit à côté d’un meurtrier présumé en fuite. «On me montre des photos, une photo d’un homme à l’aéroport de Paris, il porte un t-shirt Mickey, il a les cheveux longs, le pantalon Kaki… C’était lui, je l’ai reconnu», dit Etienne.

«Maintenant qu’il a été pris, on respire», confie le couple, tout en réfléchissant à leur incroyable histoire. Combien de probabilité il y avait pour qu’un tueur gay en fuite s’assoit à côté d’un couple gay?, s’interroge le compagnon d’Etienne. C’est complètement dingue!».

Photo INTERPOL/DR

Merci à Matoo.