La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Un complément d'actualité LGBT
Et vous, qu'en pensez-vous?
Coup de gueule | Politique | 16.06.2011 - 09 h 00 | 25 COMMENTAIRES
Des députés UMP veulent faire payer à Roselyne Bachelot son soutien au mariage des couples homos

Étiquettes : , , ,

En déclarant hier sa flamme à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe lors de Questions d’Info sur LCP/France Info/AFP, la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot a provoqué l’ire des députés UMP Philippe Meunier, Jacques Myard et Jean-Paul Garraud. Les trois parlementaires, par ailleurs membres du collectif de La Droite populaire, ont réclamé par voie de presse le soir-même la démission de la ministre.

« DE TOUTE FAÇON, CELA SE FERA »

Mme Bachelot a estimé au cours de l’émission à propos du mariage des couples homosexuels que « de toute façon, cela se fera » et que c’est une « question de mois, d’années ». Affirmant qu’elle aurait voté le texte du PS en ce sens, rejeté mardi par l’Assemblée, elle a déclaré, non sans malice: « J’ai remarqué que sur ces sujets, à la fin, j’avais toujours gagné. » Une petite phrase qui n’a pas plu à ses anciens collègues parlementaires.

« Nous demandons tous les trois à Mme Bachelot de démissionner. Ses déclarations sont scandaleuses. La majorité vient de rejeter une proposition de loi socialiste sur le mariage homosexuel. Si elle se situe au côté du PS et pas de la majorité, alors il faut qu’elle démissionne !», a déclaré à l’AFP M. Meunier. L’élu du Rhône a précisé qu’il allait appeler jeudi ses collègues UMP à signer un texte pour exiger la démission de la ministre.

« MEPRIS » ET « PROSELYTISME CATÉGORIEL »

Le député UMP Jacques Myard, qui s’est récemment illustré en mettant l’homosexualité sur le même plan que la zoophilie (lire Jacques Myard: « Messieurs les homos des deux sexes, foutez-nous la paix! ») a condamné à son tour les propos de la ministre.  « Elle est incohérente, elle rompt la solidarité gouvernementale et surtout, elle va directement à l’encontre d’un vote de l’Assemblée nationale, dont elle se fout visiblement. C’est grave, c’est du mépris », a affirmé le député des Yvelines également à l’AFP. « Dans cette affaire de mariage homosexuel, on est vraiment face à du prosélytisme catégoriel qui devient insupportable » a-t-il ajouté.

Ce n’est pas la première fois que la ministre se retrouve dans la ligne de mire de ces députés. En juillet 2010, lorsqu’elle évoque l’ouverture de salles de shoot pour les drogués dépendants, Jean-Paul Garraud publie une tribune sur son blog, priant la ministre de ne pas « se laisser aller ». Il a le soutien de Philippe Meunier et Jacques Myard, mais aussi celui de Brigitte Barèges et de Christian Vanneste. Car ces parlementaires sont également des figures de proue de La Droite populaire, un « collectif » de députés lancé en juillet 2010 après la raclée des régionales. Regroupant l’aile dure de la majorité, ils ont pour ambition de porter les valeurs de la « vraie droite ». Certains se rêvent d’ailleurs en « faucons » de Nicolas Sarkozy, sur le modèle de la garde rapprochée de l’ancien président des Etats-Unis George W. Bush. La charte du collectif place le patriotisme et surtout la sécurité – « première des libertés » – parmi leurs premières valeurs, avec l’école et la « gestion rigoureuse des deniers publics ».

« Sur les questions de société, je demande pour moi beaucoup de respect pour mes positions. J’ai le même respect pour les autres », a également affirmé Mme Bachelot au cours de l’émission. Revenant sur le vote du Pacs en 1999, elle a dit: « Ce que note avec intérêt, c’est que j’avais été seule au moment du Pacte civil de solidarité  Et que, aujourd’hui, les choses sont devenues beaucoup plus transversales. Et je note aussi que j’avais été l’objet d’attaques assez ignobles et violentes. Et que là, il y a vrai respect qui a gagné dans l’appréciation des positions des unes, des uns et des autres. » Roselyne Bachelot aurait-elle parlé un peu vite?

Regardez Roselyne Bachelot répondre aux questions des journalistes de Questions d’Info sur LCP/France Info/AFP (à partir de 17:35).

[Mise à jour 11:12] La ministre chargée de l’apprentissage, Nadine Morano, a apporté son soutien à Roselyne Bachelot ce matin sur France Info. « Elle n’était pas là pour prendre position sur un texte (…) mais pour exprimer son opinion personnelle », a-t-elle affirmé. Nadine Morano s’est dit favorable à « l’amélioration du Pacs et à sa signature en mairie », favorable aussi à la modification de l’art 365 du Code civil qui permettrait de « protéger les enfants de couples de même sexe ».

[Mise à jour 12:05] Le député UMP François Grosdidier dénonce à son tour l’initiative de ses collègues parlementaires, jugeant leur proposition « ridicule et choquante » dans une interview publiée ce matin par le Journal du Dimanche. « Roselyne Bachelot s’exprime en conscience, et elle en a tout à fait le droit, affirme le parlementaire. « Elle est en plus cohérente avec elle-même, puisque je crois me souvenir qu’elle était l’une, voire peut-être même la seule, parlementaire du RPR à avoir voté en faveur du Pacs. Nadine Morano, elle, a une position moins tranchée sur le sujet, et alors? », ajoute l’élu de Moselle. Rappelant à ses trois collègues que « la liberté d’expression vaut pour eux comme pour les autres », il évoque à leur sujet une « démonstration d’intolérance ».

Associatif | International | Politique | Religion | 14.02.2011 - 05 h 47 | 8 COMMENTAIRES
Le Royaume-Uni pourrait faire un pas vers l’ouverture du mariage aux couples gays et lesbiens

Étiquettes : , , , ,

Alors que le gouvernement de coalition britannique réfléchit à autoriser les couples homosexuels à organiser leur cérémonie de partenariat civil dans les lieux de culte, la presse se demande si ce projet annonce l’ouverture du mariage aux couples homosexuels. Le point sur la situation.


Frisson général dans la presse britannique. « Les couples gays pourront bientôt se marier à l’église », titre The Guardian. Tout aussi euphorique, le site d’information LGBT Pinknews.co.uk espère que « le mouvement qui est marche va mettre fin à la plus importante discrimination légale contre les gays et les lesbiennes en Grande-Bretagne ». C’est un article du Sunday Telegraph qui fait souffler le vent du changement. Dans son édition de dimanche, le journal annonce que le gouvernement britannique serait sur le point d’autoriser les couples homosexuels à organiser leur cérémonie de partenariat civil dans des édifices religieux. La secrétaire d’Etat à l’Egalité, Lynne Featherstone, s’apprêterait à publier très prochainement une série de propositions sur le sujet parmi lesquelles les synagogues, les mosquées et les églises pourraient à terme accueillir les cérémonies de partenariats civils. L’union pourrait aussi inclure des chants ou la lecture de textes de la Bible, actuellement proscrits, et être conduite par des représentants religieux tels que des prêtres. Mais le mariage entre personnes du même sexe religieux demeurera soumis au bon vouloir du clergé local qui conserve le droit de s’y opposer.

POLÉMIQUE
Sommé de réagir, le gouvernement n’a pu que confirmer les révélations du journal: « Nous sommes en train d’étudier quelle pourrait être l’étape suivante pour les partenariats civils. Les ministres ont rencontré un grand nombre de personnes et les organisations afin d’entendre leurs points de vue sur cette question ». Mais l’ensemble de la presse se demande surtout si le gouvernement utilisera le terme de mariage pour qualifier ce nouveau type d’union. Car Lynne Featherstone (ci-contre) aurait pour intention d’ouvrir le partenariat civil aux couples hétérosexuels. Une ouverture qui fait polémique. En effet, contrairement au pacs français, qui s’applique aussi bien aux couples homos qu’aux couples hétérosexuels, le partenariats civil anglais est exclusivement ouverts aux homosexuels et la cérémonie, uniquement autorisée dans des locaux laïcs et sans aucun élément rituel religieux. Cette forme d’union, qui concernait en mai 2010 26 000 couples, procure quasiment les mêmes droits que le mariage. A l’exception de certains motifs de dissolution, des droits d’assurance et de retraite. Les unions conclues dans le cadre d’un partenariat civil pas ne sont pas non plus reconnues sur le même plan que le mariage à l’étranger.

OPPOSITION DE L’ÉGLISE D’ANGLETERRE
Pas dupe de la manœuvre, la presse voit dans le projet de la libérale-démocrate Lynne Featherstone une victoire politique qui permettrait à son camp de reprendre l’avantage après des mois de critique pour s’être rallié aux conservateurs. Si L’attelage de coalition conservateur et libéral-démocrate avance cahin-caha, les libéraux-démocrates ont vu leur image se dégrader en acceptant la plupart des réformes engagées par les conservateurs. Notamment chez les plus jeunes, encore très en colère après la hausse des frais d’inscription des universités décidée par le gouvernement dont font partie les « lib-dem » en novembre 2010. L’ouverture du mariage aux couples gays leur permettrait de redonner du souffle et du sens à leur démarche. Avant les élections générales, le leur patron Nick Clegg (aujourd’hui vice-Premier ministre au sein de la coalition) écrivait sur Pinknews.co.uk: « Je soutiens le mariage homosexuel. L’amour, hétérosexuels ou homosexuels, est le même, donc l’institution civile devrait elle-aussi être la même. Tous les couples devraient être en mesure de prendre cet engagement l’un envers l’autre. » En octobre 2010, son parti adoptait le mariage pour tous les couples et ouvrait le partenariat civil aux homosexuels dans son programme politique. Mais la partie est loin d’être gagnée car il faut encore convaincre les conservateurs. A commencer par leur chef David Cameron, également premier ministre. Ce dernier a bien révélé l’année dernière ne faire aucune différence entre un partenariat civil et un mariage. Mais dans le même temps, il admettait que sa vision libérale n’était pas partagée par tout son parti et se montrait réservé sur le bien fondé de qualifier ces unions civiles de mariages.

Sans surprise, les plus grandes réserves viennent de l’Église d’Angleterre. Elle a d’ors et déjà annoncé qu’elle ne permettra à aucune de ses églises d’être utilisée pour les cérémonies de partenariat civil: « Compte tenue des vues de l’Église sur la nature du mariage, la Chambre des évêques a toujours clairement affirmé que l’Église d’Angleterre ne devrait pas fournir des services de bénédiction pour ceux qui s’inscrivent dans des partenariats civils, a déclaré un porte-parole. La proposition pourrait conduire à des incohérences avec le mariage civil et prêter à confusion. Tout changement ne pourrait donc être engagé qu’après un examen adéquat et approfondi, a-t-il ajouté. » A l’inverse, d’autres groupes religieux comme les Quakers, les unitarien ou encore les Juifs libéraux seraient plus favorables aux mariages de même sexe dans un lieu de culte, indique le Sunday Telegraph.

« Bien que les partenaires civils ont la plupart des droits des couples mariés, les critiques soutiennent que l’accord (de partenariat civil, ndlr) porte toujours un statut de seconde classe et peut renforcer l’idée d’un apartheid sexuel », conclut le journal. De son côté, Pinknews.co.uk note que « si le mariage gay devait être introduit, la seule autre discrimination légale d’importance envers les hommes gays serait leur exclusion du don du sang. » C’est tout le mal qu’on leur souhaite.

Coup de gueule | People | 02.01.2011 - 02 h 30 | 66 COMMENTAIRES
Hervé Vilard juge « sordide » l’adoption d’un enfant par un couple homosexuel… et il n’est pas le seul

Étiquettes : , , , ,

Sur Radio Monte-Carlo (RMC), Hervé Vilard juge «sordide» l’adoption d’un enfant par un couple homosexuel… Il n’est pas la seule célébrité gay à se prononcer contre l’égalité des droits pour les homosexuels-elles. Petit tour d’horizon de ces gays affirmés qui ne soutiennent pas l’égalité des droits pour les LGTB.

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur «L’adoption par un couple homo ? C’est sordide!» H.Vilard

Quelle mouche a donc piqué le chanteur Hervé Vilard dans l’émission Les Grandes Gueules sur RMC vendredi dernier? Interrogé sur l’adoption des couples homo dont le débat est revenu dans l’actualité avec l’adoption par la rockstar anglaise Elton John, d’un petit Zacharri avec son compagnon David Furnish, Hervé Vilard, qui avait été lui-même le premier chanteur à affirmer son homosexualité dans les années 60, n’a pas mâché ses mots: «C’est un mélo dont je me passerais bien, je trouve ça épouvantable. Je vous le dit très sincèrement. Je pense qu’un enfant doit avoir un père et une mère. Je trouve ça insupportable. On est mal barré la».

«QUAND IL VA ALLER A L’ÉCOLE, QU’EST CE QU’ON VA LUI DIRE A CE MÔME?»

Manifestement très ému, l’interprète de «Capri c’est fini» est revenu sur son enfance: «J’ai été élevé par sept familles et transbahuté toute ma vie, a-t-il confié. C’est peut-être pour ça que je suis un peu instable aussi. Qu’on décide de l’avenir d’un enfant en se disant voilà j’ai les moyens, je peux adopter un enfant…». Et quand l’animateur lui rétorque que les gays peuvent aussi avoir des désirs de paternité, Hervé Vilard s’étrangle: «Non, non, non… Quand il va aller à l’école, qu’est ce qu’on va lui dire à ce môme, vous savez très bien tout ça». Pour appuyer ses propos, le chanteur a fait un étrange parallèle entre la situation des gays et celle des prêtres: «Pourquoi pas les curés aussi devraient adopter des enfants maintenant, hein, marions les avant! Enfin bref. Écoutez, je trouve ça sordide, très sincèrement».

Au cours de cette interview décidément surréaliste, Hervé Vilard a également révélé avoir subi, lors de son passage à l’orphelinat, des attouchements sexuels par des juges pour enfants couverts par de hauts responsables politiques des années 50… Sans toutefois donner de noms.

DAVE, LAURENT RUQUIER ET KARL LAGERFELD

Mais Hervé Vilard n’est pas le seul homo célèbre à s’inscrire en porte-à-faux des revendications des associations LGBT pour l’égalité des droits. Le chanteur Dave, l’animateur Laurent Ruquier ou encore le couturier Karl Lagerfeld ont publiquement fait part de leurs doutes ou de leur opposition au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels-elles.

Ainsi, en 2008, Dave se prononçait «plutôt contre» l’adoption d’enfants par des homosexuels dans une interview donnée à Gala. Plus récemment, Laurent Ruquier exprimait «des doutes» sur le même sujet. Enfin, en mars dernier, c’était au tour de Karl Lagerfeld de s’opposer catégoriquement au mariage gay au nom «du droit à la différence» dans une interview donnée au magazine Vice. «Pour moi, il est difficile d’imaginer d’un côté les papas qui travaillent, de l’autre ceux qui restent à la maison avec le bébé», affirmait le couturier également directeur artistique de la maison de haute couture Chanel. «Comment le bébé vivra la situation ? Je ne sais pas. Je vois plus de lesbiennes mariées avec enfants que je ne vois d’hommes homos avec des enfants. Je crois davantage à une relation entre une mère et son enfant qu’entre un père et son enfant».

S’agit-il d’une question de génération, de vécu ou plus simplement d’étroitesse d’esprit? Qu’en pensez-vous?

Cet article vous a plu? Soutenez le travail de Yagg en cliquant ici.