3444 homophobie | Un complément d'actualité LGBT

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Un complément d'actualité LGBT
Et vous, qu'en pensez-vous?
Coup de gueule | Musique | People | 07.07.2011 - 17 h 54 | 53 COMMENTAIRES
À quoi joue le rappeur Cortex?

Étiquettes : , , ,

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur cortex clash samy messaoud (pour le clip je suis gay)!!!

L’homophobie serait-elle devenue la nouvelle poule aux oeufs d’or marketing pour les rappeurs en mal de publicité? Après la polémique déclenchée par les propos de Lefa du groupe Sexion d’Assaut (lire Une interview homophobe de Sexion d’Assaut secoue le net), c’est au tour du rappeur Cortex de se distinguer dans une vidéo postée sur le Net hier soir.

« C’EST LES GAYS QUI CONTRÔLENT? »
C’est le site de Jean-Marc Morandini, jeanmarcmorandini.com, spécialisé dans les clashs en tout genre, qui révèle cette nouvelle sortie homophobe du rappeur. L’objet de ce discours nauséabond? Une autre révélation de M. Morandini, le chanteur Samy Messaoud et son clip intitulé « Je suis gay » (voir ci-dessous). La vidéo, d’une subtilité toute discutable et dans lequel il apparaît nu, connaît un certain succès sur le Net ces derniers jours. Le rappeur aurait-il pris ombrage de ce buzz?

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur Samy Messaoud – Je suis gay

«Samy Messaoud de mes couilles qui fait des clips de gay, on diffuse son clip, alors que moi on me censure parce que je montre des nichons», s’insurge le rappeur-poète. «Et l’autre, la cage aux folles on dit rien. Moi parce que je suis un noir, on me censure. Moi j’ai le cul propre, je m’en fout. Et ce vieux PD, on le laisse faire ça. Eh Samy, suces moi la bite, salope!», lance encore Cortex. «Moi je veux montrer, des nichons et des femmes en string et on me les coupe. Et des clips comme ça on les laisse. C’est donc les gays qui contrôlent? Je suis pas homophobe, n’allez pas dire encore Cortex homophobe.» Un palier supplémentaire dans la provocation pour ce rappeur qui n’en est pas à son coup d’essai.

COUP DE PUB?
Car Cortex, Sébastien Gozlin de son vrai nom, 30 ans, a déjà défrayé la chronique au début de l’année en déclarant dans l’un des titres de son dernier album qu’il ne supportait pas «que le maire de Paris soit pédé». En référence à Bertrand Delanoë qui a fait son coming-out en 1998. L’association SOS Homopobie a dénoncé un «dérapage haineux», amenant le chanteur à s’excuser du bout des lèvres sous prétexte qu’il ne supportait pas que le politicien «expose ses penchants sexuels». Il y a deux jours, le rappeur a été condamné à 500 euros d’amende et 1 000 euros de dommages et intérêts, par le tribunal correctionnel de Paris, pour avoir menacé «d’égorger» Marine Le Pen, dans une vidéo diffusée sur le Web en mars.

Faut-il y voir un exemple des «tensions qui existent entre les différentes minorités», comme l’avance le magazine LGBT suisse 360°? «Les associations gay arguent souvent que les lois en vigueur ne protègent pas les homosexuels des propos discriminatoires comme c’est le cas pour le racisme. A l’inverse, certains dénoncent le fait que la minorité homosexuelle serait favorisée au regard d’autres groupes sociaux», note le magazine. Autre hypothèse avancée, cette vidéo ne serait qu’un moyen de se faire de la publicité. «Il est de ce fait difficile de savoir quelle attitude adopter face à ce genre de propos, conclut 360°, [faut-il] les condamner fermement ou les ignorer pour ne pas accorder à leurs auteurs une attention démesurée?»

Et vous, que pensez-vous de cette vidéo, simple coup marketing ou véritable déclaration de guerre aux homos?

[Mise à jour, vendredi 8 juillet 2011, 12:10] Samy Messaoud annonce son intention de déposer plainte contre le rappeur Cortex dans une interview accordée ce matin au magazine Têtu. «Il y a aussi eu pas mal de critiques et puis une vidéo d’insultes de la part du rappeur Cortex, qui me traite de sale pédé», confie notamment le chanteur, qui ajoute: «Cela ne me touche pas mais je trouve ça nul et je vais déposer plainte contre lui.»

Politique | 14.06.2011 - 17 h 16 | 30 COMMENTAIRES
Marine Le Pen met sur le même plan l’ouverture du mariage au personnes de même sexe et la polygamie

Étiquettes : , , ,

Décidément, c’est la journée des contres-vérités. Alors que le ministre du Budget François Baroin déclarait ce matin sur RTL qu’il était contre l’ouverture du mariage aux couples de même sexe au motif que ses amis homos ne voulaient pas marier (lire François Baroin sur RTL: «Dans mon entourage, j’ai des amis qui sont gays; je n’en connais pas un qui veuille se marier»), Marine Le Pen réaffirmait au même moment au micro de Patrick Cohen sur France Inter son opposition au mariage pour les homos au nom des « règles de notre société », et de « notre civilisation ».

Si la présidente du FN fait une place aux homos au sein de la « communauté nationale » dans ses discours (lire Nancy: le collectif LGBT Lorraine épingle un élu FN « plutôt gai »), elle n’en reste pas moins aux commandes d’un parti farouchement opposé à l’égalité des droits. Alors, quand un auditeur l’interroge sur le sujet, Marine Le Pen a tout le loisir de mettre les points sur les i: « Quel est le rapport entre le mariage homosexuel et la laïcité? », fait-elle mine de s’étonner, « Je ne vois en ce qui me concerne strictement aucun rapport entre les deux. »

« POURQUOI PAS L’AUTORISATION DE LA POLYGAMIE? »

« Les règles de notre société, c’est que le mariage s’effectue entre un homme et une femme, convient-elle. Je ne pense pas qu’il soit positif de changer cette règle. Si on part de ce principe, on peut aller à la limite très loin dans la modification de notre civilisation. On peut aussi décider que, après tout, pourquoi n’a-t-on le droit que de se marier avec un homme? (…) Pourquoi pas avec plusieurs? Pourquoi pas l’autorisation de la polygamie! Il existe des familles polygames, pourquoi est-ce que demain un certain nombre de groupes politico-religieux ne demanderaient pas que la polygamie, sous prétexte d’égalité des droits, soit inscrite dans le code civil français? Eh bien, c’est une autre civilisation. »

« On dit que les homosexuels réclament le mariage homosexuel», ajoute la présidente du FN. « Moi je m’élève contre ça, c’est faux. C’est une toute petite minorité qui le réclame, comme d’ailleurs c’était une toute petite minorité qui réclamait le pacs, laissant croire que l’ensemble des homosexuels réclamaient le pacs. Résultat du pacs: 5% seulement sont des pacs homosexuels. Donc ça n’était pas une demande des homosexuels mais bien une demande d’une minorité. »

Patrick Cohen la reprend: « Donc vous vous êtes trompée sur le pacs? Vous étiez contre le pacs, vous réclamiez son abrogation dans le programme présidentiel de 2002 et 2007. » Réponse plutôt gonflée de Marine Le Pen à l’animateur: « Ce sont les gens qui ont cédé à ces revendications qui se sont trompés, puisque ça n’était pas une demande des homosexuels. » Patrick Cohen insiste: « Mais alors, faut-il abroger le Pacs? ». L’intéressée botte en touche: « Les choses sont faites. Beaucoup d’autres en ont bénéficié: frères, sœurs, couples hétérosexuels… [Le pacs] est une niche fiscale », affirme-t-elle.

« LE DROIT D’ADOPTION? JE SUIS ÉGALEMENT CONTRE »

Au journaliste Thomas Legrand qui lui demande si elle est pour « une avancée des droits envers les couples homosexuels qui existent », Marine Le Pen réaffirme la doctrine prônée par son père lorsqu’il était à la tête du FN en matière de sexualité (lire l’analyse du spécialiste de l’extrême-droite Jean-Yves Camus sur cette question), à savoir la non-immixion du parti dans la vie privée de ses membres. « On ne se mêle pas de la vie privée des gens, on considère que cela fait partie de la sphère intime, rappelle Marine Le Pen. « Quels droits autres que ceux obtenus par un certain nombre avec le pacs? Le droit d’adoption? Je suis également contre », conclut-elle.

Cet article vous a plu? Soutenez le travail de Yagg en cliquant ici.

International | Religion | Santé | Science | 05.06.2011 - 14 h 00 | 28 COMMENTAIRES
Un médecin catholique allemand prétend guérir l’homosexualité par l’homéopathie

Étiquettes : , , , ,

« L’homosexualité n’est pas une maladie », assure le le site de la « Bund katholischer Ärzte » ou BKÄ (Fédération allemande des médecins catholiques). Pourtant, cette organisation prétend venir en aide aux personnes « qui se sentent homosexuelles [et qui] se trouvent dans une situation de détresse spirituelle et psychique, et souffrent beaucoup. »

EX-GAYS ET PRO-VIE
L’hebdomadaire allemand Der Spiegel a révélé cette semaine les étranges remèdes de cette « fédération » basée au Sud de la Bavière pour venir à bout des « penchants » homosexuels de leurs « patients ». Afin de remettre les brebis égarées dans le droit chemin, le traitement consiste à prescrire des microdoses de platine, des séances de psychothérapie et de s’en remettre, bien entendu, aux « Saintes Ecritures. » Sur son site, l’organisation présente également le soit-disant témoignage d’un gay du Sud de l’Allemagne qui avance qu’il a « noté avec plaisir » qu’un « changement de tendance homosexuelle » est « tout à fait possible. »

Ce n’est certainement pas un hasard si la BKÄ fait partie du mouvement des ex-gays (voir Zoom sur: « Le succès des ex-gays » plus bas). Le responsable de l’organisation est un certain Dr Gero Winkelmann. Selon Der Spiegel, celui-ci s’est fait connaître au sein de la Ligue chrétienne, un groupuscule qui, jusque dans les années 1990, combattait le droit à l’avortement et au divorce, ainsi que la dépénalisation de l’homosexualité. Depuis, si le Dr Winkelmann semble privilégier les « médecines douces », il n’en reste pas moins très actif sur Internet. Le bon docteur a ouvert sa propre page web, laquelle propose des conférences sur « le droit à la vie ».

En réalité, un exposé pro-vie, calqué sur le discours radical des mouvements américains chrétiens-conservateurs. Au programme: les conséquences de l’avortement pour une mère et son enfant, un débat sur l’euthanasie, le clonage et la toxicité de la pilule. En prime, l’auditoire a droit à une vidéo du praticien participant à une veillée pro-vie à Vienne en 2009. Mais ce dernier se garde bien de préciser qu’il est également lié au mouvement pro-vie par le biais de « European Pro-Life Doctors », une association dont il n’est officiellement que le coordinateur pour l’Allemagne et qui, comme son nom l’indique, est destinée à rassembler les médecins anti-avortement de toute l’Europe.

« UNE OFFRE DANGEREUSE »
Les associations LGBT allemandes ne décolèrent pas. La « Lesben- und Schwulen Verband » (l’Association allemande des gays et des lesbiennes), la plus grande association homosexuelle outre-Rhin dénonce « Un traitement inefficace pour une maladie qui n’existe pas » ainsi qu’une « offre dangereuse » qui « instrumentalise les inquiétudes que peuvent avoir les jeunes bi et homosexuel-le-s ou leurs parents. »

Devant le tollé provoqué par son initiative, le Dr Winkelmann a fini par retirer les pages les plus polémiques du site. En raison, selon lui, des « médias [qui] ne publient que des reportages négatifs » mais surtout pour éviter que son association et les méthodes de traitement qu’elle propose ne soient « tournées en ridicule » (!). Reste que le médecin ne baisse pas les bras pour autant et pousse « ceux qui sont sérieusement intéressés par l’homéopathie » à le contacter. L’homosexualité a pourtant été définitivement rayée par l’Organisation Mondiale de la Santé de la liste des maladies mentales le 17 mai 1990.

ZOOM SUR: LE SUCCÈS DES EX-GAYS

La Fédération des médecins catholiques fait partie du mouvement ex-gays. Né aux Etats-Unis dans les années 1970,  le mouvement des ex-gays connaît un certain succès aux Etats-Unis ces dix dernières années. Ses partisans affirment que l’homosexualité est une simple faiblesse humaine qui peut être surmontée. Mais ses théories sont rejetées par la grande majorité de la communauté scientifique.

[Mise à jour] L’OMS a retiré l’homosexualité de la liste des maladies mentales le 17 mai 1990 et non en 1993, comme je l’avais d’abord affirmé. Merci à la yaggeuse Ernestine pour sa vigilance.

International | Politique | 01.06.2011 - 16 h 57 | 23 COMMENTAIRES
Italie: Les villes tournent le dos à Berlusconi après une campagne électorale raciste et homophobe

Étiquettes : , , , ,

«Grazie Italia» (Merci l’Italie) a titré en fanfares le quotidien de gauche l’Unita (ci-dessus) dans son édition du mardi 31 mai. La coalition de gauche a remporté, dimanche et lundi, une large victoire aux élections municipales italiennes. Malgré les sondages qui lui prédisaient une large défaite (lire Silvio Berlusconi a découvert sa «part lesbienne»), Silvio Berlusconi a voulu faire de ce scrutin local «un test national». Mal lui en a pris. Après Turin et Bologne au premier tour, Milan, Naples, Trieste, Cagliari et Novara ont tourné le dos à son parti, le Peuple de la liberté (PDL), et ont rejoint l’opposition. Même Milan, pourtant considérée comme le fief du «Cavaliere», a basculé à Gauche. Le président du Conseil en avait fait la vitrine de sa réussite professionnelle et politique. Une vitrine qui semble avoir volé en éclats.

«TOUS LES JOURS, BERLUSCONI OU L’UN DES MEMBRES  
DE SON ÉQUIPE ONT ESSAYÉ D’EFFRAYER LES GENS »

«La communauté LGBT italienne en est très heureuse, confie Daniele Nardini, rédacteur en chef du principal site de presse LGBT italien Gay.it (ci-contre), parce que tous les jours pendant la campagne, Berlusconi et des membres de son équipe [au gouvernement, ndlr.] ont essayé d’effrayer les gens en leur disant que leur ville allait être envahie par des personnes LGBT en cas de victoire de la Gauche. Bien sûr, cela n’arrivera pas et les gens vont voir par eux-même qu’ils mentaient.» «Tant que Berlusconi sera au pouvoir, prévient toutefois le journaliste, la Droite restera homophobe.» À Milan, l’association LGBT Arcigay Milan CIG (ci-dessus) a publié dès lundi un communiqué, adressant ses félicitations à Giuliano Pisapia, le candidat de centre-gauche à la mairie, pour sa victoire. Rappelant que celui-ci a été «le seul élu à rencontrer publiquement l’association» avant le scrutin, «rompant ainsi avec le tabou qui interdisait d’aborder les questions liées à la communauté LGBT dans une compétition électorale», l’association dit «espérer enfin un changement dans ses relations avec la municipalité de Milan».

«EN FAVEUR DES TAPETTES»
M. Berlusconi et ses alliés populistes et xénophobes de la Ligue du Nord n’ont en effet pas hésité à user des bonnes vieilles recettes pour garder la main sur les villes (lire Italie: Un prélat attaque un opposant politique de Silvio Berlusconi sur son homosexualité). Racisme: le président du Conseil a ainsi pesé de tout son poids dans la campagne en multipliant, ces derniers jours, les apparitions télévisées pour mettre en garde les électeurs lombards. «Avec la gauche, Milan deviendra une ville islamique», a prévenu le Cavaliere dans une vidéo et un «bidonville de Roms», dans d’autres interviews. Et homophobie: Libero, un quotidien pro-Berlusconi, a brandi le péril homo en annonçant que Giuliano Pisapia ferait de Milan «la Mecque des gays». «Le Palais Marino [la mairie de Milan] sera un genre de Camp David pour réconcilier les communautés LGBT et arabo-islamique.» De même que Carlo Giovanardi, ce secrétaire d’Etat qui s’est récemment illustré en estimant qu’une pub gay-friendly d’Ikea «violait la Constitution», a prévenu que le candidat de gauche, s’il gagnait les élection, «discriminera les familles avec enfants en faveur des tapettes, des homos et des transsexuels.»

Les observateurs restent néanmoins prudents sur l’avenir politique du «Cavaliere» et citent sa capacité à rebondir. À l’instar de Daniele Nardini: «Plusieurs fois, la Gauche a dit que Berlusconi était fini alors que ce n’était pas le cas, souligne-t-il. Quoi qu’il en soit, cela semble être le bon moment.» «L’après-Berlusconi a commencé», estime pour sa part le quotidien milanais Corriere della Sera dans son éditorial de mardi, tout en soulignant que la situation ne va pas basculer à court terme, mais croit savoir que l’avenir de la coalition entre la Ligue du Nord d’Umberto Bossi et le parti de Berlusconi (qui en a besoin pour conserver la majorité au Parlement) est en question.

Associatif | Politique | 30.05.2011 - 17 h 23 | 17 COMMENTAIRES
Le Refuge répond à Brigitte Barèges et lance un appel à la mobilisation

Étiquettes : , ,

« Pour répondre aux propos outrageants et scandaleux de la députée-maire de Montauban Brigitte Barèges, […] Le Refuge lance un appel national pour que le plus de monde possible appelle l’Hôtel de ville de Montauban lundi prochain pour demander les formalités à remplir pour se marier avec son chien ou son chat. Téléphone de l’Hôtel de Ville de Montauban: 05.63.22.12.00. Merci pour votre retour suite à votre appel. » Si vous avez reçu ce message du Refuge sur Facebook, sachez que ce n’est pas un canular mais une partie de la réponse de l’association à la députée UMP Brigitte Barèges. Crée en 2003, le Refuge accueille des jeunes homos exclus du domicile familial. Pour son président national, Nicolas Noguier, cet appel à la mobilisation téléphonique est un moyen de répondre à « l’humour particulier » de la députée.

« CERTAINS L’ONT LU SUR INTERNET »
La députée-maire de Montauban a en effet provoqué un tollé en déclarant mercredi 25 mai au cours d’une réunion à l’Assemblée nationale lors de l’examen du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe: « Et pourquoi pas des unions avec des animaux? Ou la polygamie? ». Une petite phrase aux relents homophobes qui a provoqué l’ire des associations LGBT et des réactions indignées d’une grande partie de la classe politique, tous bords confondus (lire Brigitte Barèges: la députée retire ses propos, Jean-François Copé les condamne). Mais qui n’est pas non plus passée inaperçue dans la région, particulièrement à l’antenne du Refuge de Montpellier, laquelle
se dit particulièrement inquiète pour ses protégé-e-s par le truchement de Nicolas Noguier. « Certains l’ont lu sur Internet », rapporte ce dernier, qui dénonce des propos « inacceptables ».

« ÇA LEUR REVIENT EN PLEINE FIGURE »
« Cette référence à la zoophilie les a beaucoup choqué, explique-t-il. Certains ont déjà entendu ça dans leur familles, d’autres tous les jours au collège ou au lycée. Et aujourd’hui, ça leur revient en pleine figure. Ils ne s’attendaient pas à l’entendre de nouveau, surtout de la bouche d’une élue de la République. » Les protégé-e-s du Refuge ont entre seize et vingt-cinq ans et sont accueillis par l’association où ils trouvent un soutien psychologique parce qu’ils ont été victime, par le passé, d’actes homophobes. La plupart d’entre eux ont été rejeté par leurs familles ou leurs amis en raison de leur orientation sexuelle.

Dans un premier temps, l’association a annoncé « confier à son avocat le soin de rédiger une plainte judiciaire pour propos à caractère homophobe » contre Brigitte Barèges. Idée aujourd’hui abandonnée en raison de l’immunité parlementaire de la députée. Finalement, l’association semble avoir choisi la voie de la conciliation – Me Charles Bernier, l’avocat du Refuge, a invité l’élue à rencontrer les jeunes – et de la mobilisation – Nicolas Noguier lui a écrit afin qu’elle diffuse la campagne nationale du Refuge « sur Montauban et agglomération ». Pour le moment, la députée n’a pas donné suite aux demandes de l’association. En attendant, il paraît que la mairie de Montauban est « assaillie d’appels ». C’est toujours ça de gagné sur l’homophobie.

Vous pouvez soutenir Le Refuge sur Facebook ou sur son site Internet.

International | Religion | 25.05.2011 - 20 h 21 | 29 COMMENTAIRES
États-Unis: Un révérend homophobe prévoit l’Apocalypse pour le 21 octobre

Étiquettes : , , ,

Les voies du Seigneur sont impénétrables, dit-on. Le révérend Harold Camping (ci-dessous) vient d’en faire une fois de plus la cruelle expérience. A la tête d’un réseau américain de radios FM évangéliques, M. Camping avait promis la fin du monde pour le 21 mai 2011, c’est-à-dire samedi dernier. Las, Dieu n’a pas suivi et le « Judgment Day » (Jour du Jugement Dernier) annoncé à grand renfort de réclame a fait un flop.

NUL EN MATHS?
Le révérend avait pourtant déployé des moyens importants pour alerter la population. Des panneaux géants (ci-dessus) avaient fleuri aux carrefours des villes américaines: « Jugement dernier, le 21 mai 2011 », « Garanti par la Bible » pouvait-on y lire en grosses lettres. Un coup de pub divin (!) pour cette chaîne basée à San Francisco mais qui a vite tourné à la farce. Au point que que le San Francisco Weekly, qui a interviewé le révérend il y a quelques semaines, titrait hier « Harold Camping sucks at maths » (Harold Camping est nul en maths). Il faut dire que le révérend Camping se base sur une méthode de calcul très personnelle pour dater la fin du monde. Au terme de savantes combinaisons, il avait ainsi affirmé que samedi 21 mai, 7000 ans seraient passés depuis le Déluge. Une méthode qui semble lui jouer des tours. Le prédicateur avait déjà prédit la fin du monde pour le 6 septembre 1994. Depuis, le révérend a dû reconnaître une nouvelle erreur. Il s’est dit « troublé » à la chaîne CNN que ses prédictions ne se réalisent pas. On le comprend.

ISRAEL ET LA GAY-PRIDE
En revanche, le révérend n’a pas besoin de faire de savants calculs pour désigner les responsables de la colère divine. « Dans la Bible, Dieu nous offre de nombreux signes destinés à avertir le monde que le Jugement dernier et la fin des temps sont imminents », écrit-il dans un éclairant fascicule intitulé « Gay Pride, un signe de la fin des temps planifié par Dieu » (disponible en français). Et de citer en exemples la création de l’Etat d’Israël et la « profonde détérioration spirituelle » que l’on peut constater dans la plupart des églises. « Mais aucun signe n’est aussi dramatiquement clair que le phénoménal succès mondial du mouvement de la Gay Pride », poursuit M. Camping, évoquant la cité de Sodome ainsi que sa destruction, comme symbole du Jugement dernier.

Troublé mais pas découragé par ce nouveau revers, le révérend a expliqué que le 21 mai n’était qu’un avant-goût « spirituel » de l’Apocalypse à venir. Selon lui, la vraie fin des temps sera le 21 octobre. Ce jour-là, à 18 heures précises (pour chaque fuseau horaire), prédit-il, « de puissants séismes anéantiront la Terre et ceux que Dieu n’a pas élus périront dans d’atroces souffrances ». En attendant la date fatidique, les gay-prides de l’été sont sauvées. Rendez-vous à la rentrée.