3444 hacker | Un complément d'actualité LGBT

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Un complément d'actualité LGBT
Et vous, qu'en pensez-vous?
International | Politique | Religion | 03.03.2011 - 13 h 32 | 27 COMMENTAIRES
États-Unis: Ils détestent les gays, les juifs et Lady Gaga et ils ont le droit de le dire

Étiquettes : , , ,

Le célèbre collectif Anonymous est-il à l’origine des cyberrattaques contre la Westboro Baptist Church? Tous les sites internet de ce groupe ultra-fondamentaliste sont paralysés. Ce qui ne l’empêche pas de sévir sur le terrain puisque la Cour suprême vient de réaffirmer le caractère absolu de la liberté d’expression aux Etats-Unis.


EN CROISADE CONTRE L’HOMOSEXUALITÉ
Peut-être connaissez-vous déjà la Westboro Baptist Church (WBC)? Célèbre pour sa triste croisade contre l’homosexualité et son slogan «God hates fag», «Dieu hait les pédés». Ses membres n’hésitent pas à se déplacer dans tout le pays pour assister aux enterrements de soldats morts au combat. Pour ces illuminés homophobes, leur mort constitue une punition divine envers les Etats-Unis pour ne pas lutter contre l’homosexualité. Ils font la promotion de leurs idées nauséabondes à travers plusieurs sites internet répondant aux doux noms de GodHatesFags.com, GodHatesAmerica.com, GodHatesTheWorld.com, JewsKilledJesus.com und AmericaIsDoomed.com.

Fondée par le révérend Fred Phelps en 1955, la Westboro Baptist Church, basée à Topeka (Kansas), ne compterait que 75 membres en son sein (selon AFP). Une entreprise familiale en somme, puisque ses membres font le plus souvent partie de la même fratrie. C’est le cas de Megan Phelps qui n’est autre que l’une des nombreuses petites-filles du fondateur. En tant que représentante de la WBC, cette dernière a acquis une certaine notoriété lors d’une campagne contre Lady Gaga en adaptant le tube de la chanteuse «Poker Face» à la sauce fondamentaliste. Attention, les paroles décoiffent.

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur God Hates Lady Gaga – No Poker Face – Parody by @meganphelps

EFFET D’ANNONCE?
La 16 février dernier, la WBC annonçait que le collectif Anonymous avait prévenu l’Eglise qu’elle comptait pirater ses sites internet. Effet d’annonce? Les pirates ont fait savoir quelques heures plus tard qu’ils n’en n’était rien, non sans menacer la WBC de représailles pour avoir diffusé un hoax (une cyberrumeur). Conséquence, lors d’un débat animé entre une représentante de l’Eglise et un membre d’Anonymous, le collectif a piraté les sites de la WBC, pour de vrai, cette fois (vous pouvez l’entendre à 8:24 de la vidéo).

Si vous n’arrivez pas à lire la vidéo, cliquez sur Westboro Church website hacked by Anonymous during live interview

CYBERGUERRE OU PIÈGE DE LA WBC?

Dans un communiqué, Anonymous annonce avoir perdu patience face aux provocations de la WBC et accuse l’Eglise du révérend Phelps de chercher l’attention des médias. «Dieu déteste les pédés: supposition. Dieu déteste les sangsues: c’est un fait», conclut le collectif. La presse spécialisée se perd en conjoncture: Cette affaire marque-t-elle le début une guerre entre Anonymous et la WBC ou s’agit-il d’un piège pour démasquer les hackers? Car jusqu’à présent, Anonymous s’était illustrée face à des cibles plus importantes comme l’Eglise de scientologie en 2008 ou plus récemment contre les sites de Paypal et Mastercard, lorsque ces derniers avaient gelé les comptes de WikiLeaks. Selon Gabriella Coleman, anthropologue et professeur à la New York University, spécialiste du phénomène, le collectif chercherait désormais à diversifier ses cibles: «Les Anonymous sont politiquement plus sophistiqués qu’avant», écrivait-elle sur le site The Article en février dernier. Cette cyberattaque contre les sites de la WBC semble lui donner raison.

Le collectif Anonymous n'est pas seulement actif sur Internet: Les membres qui s'en réclament portent le masque de Guy Fawkes rendu célèbre par le film « V pour Vendetta » lors de rares apparitions publiques. (Photo Wikipédia)

A L’ABRI DE TOUTE POURSUITE JUDICIAIRE
Aujourd’hui, les sites anti-gays, anti-juifs et anti-américains restent inaccessibles aux internautes. Reste que la Westboro Baptist Church peut poursuivre son entreprise de haine en toute tranquillité. Qui pourrait l’en empêcher? Pas la Cour suprême, qui vient de la mettre à l’abri de toute poursuite judiciaire au nom du Premier amendement qui garantit la liberté d’expression. «Nous avons choisi une voie différente, qui est de protéger la liberté d’expression, même quand elle peut blesser», explique la Cour suprême dans son arrêt. Fait inhabituel, les juges ont ajouté un commentaire bien senti à l’encontre des fondamentalistes: «L’Eglise de Westboro pense que les Etats-Unis sont moralement corrompus. Mais il est fort probable que les Américains pensent de même à son endroit». A l’annonce du jugement, l’Eglise s’est félicitée d’avoir transmis le message divin «à la Nation et au Pentagone».