La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Un complément d'actualité LGBT
Et vous, qu'en pensez-vous?
Musique | People | Société | 18.07.2011 - 10 h 49 | 28 COMMENTAIRES
Une figure du heavy metal annonce sa transition

Étiquettes : , ,

Le monde du métal est sous le choc. Le leader du mythique groupe Life of Agony, Keith Caputo, est devenu Mina Caputo.

« Les transsexuelles MtF abandonnent les privilèges mâles pour la féminité! Menaçons le patriarcat! » C’est par ces mots et une photo (ci-dessus) postés sur Twitter que le fondateur et chanteur de Life of Agony (LOA pour les fans), Keith Caputo, a acté sa transition le 8 juillet dernier. Désormais, celle qui se fait appeler Keith Mina Caputo expose fièrement son apparence féminine au monde entier.

« JE SUIS TRANSSEXUELLE ET J’EN SUIS FIÈRE »
Toutefois, la chanteuse a démenti avoir subi une opération de changement de sexe, évoquée par une partie de la presse musicale américaine. « J’ai gardé mon pénis », a-t-elle précisé sur Twitter. Elle a ajouté que Life of Agony était déjà en « sommeil » et que l’arrêt du groupe n’avait rien à voir avec sa transition. Âgée de 37 ans, Caputo a déjà connu une belle carrière avec LOA – le groupe a sorti 4 albums depuis sa création en 1989 – mais aussi en solo dans un registre plus pop-folk. Elle s’apprête à entamer une tournée européenne sous sa nouvelle identité.

« Oui, je suis transsexuelle et j’en suis fière. Je n’en ai pas honte. Je remercie vivement tous ceux qui m’ont montré beaucoup de soutien ces derniers jours », écrit-elle sur son Twitter. Mais la chanteuse sait aussi sortir les griffes à l’occasion. Dans son dernier tweet, elle s’emporte contre un dj qui l’aurait « rudoyé pour être devenue transgenre ». « Je veux son nom, j’espère que quelqu’un l’a enregistré pour moi? Quelqu’un? Il est temps de les faire tomber! »

Pas facile en effet de s’assumer dans un univers connu pour être plutôt macho et souvent homophobe. Le chanteur Rob Halford, du groupe britannique Judas Priest avait attendu plus de 30 ans avant de faire son coming-out devant les caméras de MTV en 1998.

Regardez son clip « Got Monsters », issu de l’album « A fondness for hometown scars », sorti en 2008. Il prend aujourd’hui une dimension fortement symbolique, au vu de la nouvelle identité de l’artiste.

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo, cliquez sur Keith Caputo ‘Got Monsters’

Coup de gueule | Musique | People | 07.07.2011 - 17 h 54 | 53 COMMENTAIRES
À quoi joue le rappeur Cortex?

Étiquettes : , , ,

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur cortex clash samy messaoud (pour le clip je suis gay)!!!

L’homophobie serait-elle devenue la nouvelle poule aux oeufs d’or marketing pour les rappeurs en mal de publicité? Après la polémique déclenchée par les propos de Lefa du groupe Sexion d’Assaut (lire Une interview homophobe de Sexion d’Assaut secoue le net), c’est au tour du rappeur Cortex de se distinguer dans une vidéo postée sur le Net hier soir.

« C’EST LES GAYS QUI CONTRÔLENT? »
C’est le site de Jean-Marc Morandini, jeanmarcmorandini.com, spécialisé dans les clashs en tout genre, qui révèle cette nouvelle sortie homophobe du rappeur. L’objet de ce discours nauséabond? Une autre révélation de M. Morandini, le chanteur Samy Messaoud et son clip intitulé « Je suis gay » (voir ci-dessous). La vidéo, d’une subtilité toute discutable et dans lequel il apparaît nu, connaît un certain succès sur le Net ces derniers jours. Le rappeur aurait-il pris ombrage de ce buzz?

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur Samy Messaoud – Je suis gay

«Samy Messaoud de mes couilles qui fait des clips de gay, on diffuse son clip, alors que moi on me censure parce que je montre des nichons», s’insurge le rappeur-poète. «Et l’autre, la cage aux folles on dit rien. Moi parce que je suis un noir, on me censure. Moi j’ai le cul propre, je m’en fout. Et ce vieux PD, on le laisse faire ça. Eh Samy, suces moi la bite, salope!», lance encore Cortex. «Moi je veux montrer, des nichons et des femmes en string et on me les coupe. Et des clips comme ça on les laisse. C’est donc les gays qui contrôlent? Je suis pas homophobe, n’allez pas dire encore Cortex homophobe.» Un palier supplémentaire dans la provocation pour ce rappeur qui n’en est pas à son coup d’essai.

COUP DE PUB?
Car Cortex, Sébastien Gozlin de son vrai nom, 30 ans, a déjà défrayé la chronique au début de l’année en déclarant dans l’un des titres de son dernier album qu’il ne supportait pas «que le maire de Paris soit pédé». En référence à Bertrand Delanoë qui a fait son coming-out en 1998. L’association SOS Homopobie a dénoncé un «dérapage haineux», amenant le chanteur à s’excuser du bout des lèvres sous prétexte qu’il ne supportait pas que le politicien «expose ses penchants sexuels». Il y a deux jours, le rappeur a été condamné à 500 euros d’amende et 1 000 euros de dommages et intérêts, par le tribunal correctionnel de Paris, pour avoir menacé «d’égorger» Marine Le Pen, dans une vidéo diffusée sur le Web en mars.

Faut-il y voir un exemple des «tensions qui existent entre les différentes minorités», comme l’avance le magazine LGBT suisse 360°? «Les associations gay arguent souvent que les lois en vigueur ne protègent pas les homosexuels des propos discriminatoires comme c’est le cas pour le racisme. A l’inverse, certains dénoncent le fait que la minorité homosexuelle serait favorisée au regard d’autres groupes sociaux», note le magazine. Autre hypothèse avancée, cette vidéo ne serait qu’un moyen de se faire de la publicité. «Il est de ce fait difficile de savoir quelle attitude adopter face à ce genre de propos, conclut 360°, [faut-il] les condamner fermement ou les ignorer pour ne pas accorder à leurs auteurs une attention démesurée?»

Et vous, que pensez-vous de cette vidéo, simple coup marketing ou véritable déclaration de guerre aux homos?

[Mise à jour, vendredi 8 juillet 2011, 12:10] Samy Messaoud annonce son intention de déposer plainte contre le rappeur Cortex dans une interview accordée ce matin au magazine Têtu. «Il y a aussi eu pas mal de critiques et puis une vidéo d’insultes de la part du rappeur Cortex, qui me traite de sale pédé», confie notamment le chanteur, qui ajoute: «Cela ne me touche pas mais je trouve ça nul et je vais déposer plainte contre lui.»

International | People | Religion | 16.04.2011 - 09 h 38 | 11 COMMENTAIRES
Ricky Martin attaqué sur son homosexualité par le cardinal de San Juan

Étiquettes : , ,

Est-ce à cause de sa tournée mondiale qui débute cette semaine ou parce qu’il semble vivre de manière apaisée son homosexualité? Toujours est-il que le célèbre chanteur latino est devenu la bête noire des Eglises de Porto Rico, son archipel natal.

Lorsqu’il chantait « She bangs » entouré de superbes femmes, Ricky Martin était encore considéré comme un bon catholique par l’Eglise. Mais depuis son coming-out en mars 2010 (lire Ricky Martin fait son coming-out), le chanteur n’est manifestement plus en odeur de sainteté auprès de l’institution. Pour preuve, cette interview donnée la semaine dernière par le cardinal de San Juan, Luis Aponte Martinez, au magazine Primera Hora. Il est demandé au « latin lover » le plus célèbre de la planète de cesser de faire la publicité de son homosexualité. « Pour l’amour de ses enfants, pour qui j’imagine qu’il souhaite le meilleur, qu’il essaie de donner un exemple pour notre jeunesse des grandes valeurs que nous partageons, hormis le sexe », déclare le prélat, qui précise cependant que Dieu ne rejette pas « les homosexuels, mais seulement leurs actions et comportements immoraux, [notamment, ndlr] la promotion parmi la jeunesse de la promiscuité sexuelle, [qui] est immorale, d’où elle vienne. »

Des propos qui ont provoqué la colère des associations LGBT portoricaines. Le célèbre activiste gay Pedro Julio Serrano est monté au créneau pour dénoncer les paroles du cardinal. Fondateur de Puerto Rico Para Tod@s, principale organisation militante de l’archipel, M. Serrano a notamment déclaré: « L’orientation sexuelle est une caractéristique innée de l’être humain qu’on ne peut pas changer. Ce n’est pas une conduite, ce n’est pas une maladie, et c’est encore moins synonyme de promiscuité comme l’affirme le cardinal. L’homophobie, sous couvert de foi religieuse et sous prétexte de liberté d’expression, reste toujours de l’homophobie et [elle] tue. »

« TOUT CE QUE JE VEUX POUR MON PAYS EST QU’IL SOIT DÉBARRASSÉ DES PRÉJUGÉS »
Une mise au point qui n’a pas empêché l’escalade. La pasteure Wanda Rolón est à la pointe de l’offensive menée contre le chanteur. L’ex-vedette de la chanson devenue télé-évangéliste à la tête d’une influente congrégation pentecôtiste aurait désigné Ricky Martin comme « l’ambassadeur de l’enfer » sur sa page Facebook, selon le Huffington Post. Devant le tollé suscité par ses propos, la dame a rapidement procédé à leur retrait du réseau social. Au cours d’une conférence de presse, Wanda Rolón a tenté de nuancer sa position, en affirmant: « ils [les homosexuels] ont toujours existé, mais pas question de glorifier leur comportement. Je ne glorifie pas un toxicomane ou un alcoolique. »

Cette campagne de dénigrement intervient alors que le chanteur de 39 ans fait son grand retour sur scène après six ans d’absence. Une tournée mondiale accompagne son nouvel album intitulé « Musica + Alma + Sexo » (les initiales formant « MAS », c’est-à-dire « Plus » en espagnol). Des mots suggestifs qui semblent déranger les religieux au moins autant que l’homosexualité ouvertement assumée du chanteur, par ailleurs père de deux enfants nés d’une mère porteuse en 2008. Ce dernier s’est bien gardé de répondre directement à ses détracteurs. « Tout ce que je veux pour mon pays est qu’il soit débarrassé des préjugés. Ni plus ni moins », a simplement déclaré le chanteur lors de son premier concert. On ne saurait mieux dire.

International | People | Politique | Religion | 10.03.2011 - 08 h 35 | 22 COMMENTAIRES
Etats-Unis: Pour son anniversaire, Chuck Norris joue de la gâchette contre l’« endoctrinement homosexuel »

Étiquettes : , , ,

Dans un tribune publiée sur un site conservateur, le héros de la série « Walker Texas Rangers » se fait le chantre des chrétiens conservateurs contre le « libéralisme » qui prévaudrait dans les université américaines et défend notamment le droit des étudiants américains à s’opposer à l’homosexualité.


DES ÉTUDIANTS SOUS INFLUENCE?
L’acteur Chuck Norris, qui fête aujourd’hui son 71ème anniversaire, est plus connu en France pour son jeu de karatéka et son étoile de Ranger que pour ses combats politiques. Pourtant, la tribune qu’il a publié sur le site d’information conservateur World Net Daily lundi dernier vaut le détour. Intitulée « Les écoles publiques américaines: Un endoctrinement progressif », elle affirme que les établissements publics seraient aux mains de « militants de gauche » qui influenceraient les étudiants. Statistiques à l’appui, Chuck Norris tente de prouver qu’une majorité d’enseignants a des opinions politiques « libérales » et soutient les démocrates.

Pour étayer ses propos, l’acteur cite également un extrait de « L’université américaine en chute libre ». L’ouvrage, écrit par un certain Docteur Jim Nelson Black du « Sentinel Research Associates » a été édité en 2004 par la très chrétienne maison d’édition « Thomas Nelson ». On apprend entre autres choses que le milieu académique, c’est-à-dire les professeurs, « entraine les étudiants à dédaigner l’Amérique, à avoir librement des expériences sexuelles, à défendre avec force des questions comme l’avortement et l’homosexualité, ainsi qu’à devenir des défenseurs du politiquement correct, du relativisme, de la mondialisation, des programmes verts et de la tolérance pour tous. » Bref, l’antéchrist pour ce militant chrétien et conservateur.

UN CHRÉTIEN-CONSERVATEUR A HOLLYWOOD

Car dans un Hollywood réputé acquis à la cause démocrate, Chuck Norris est l’un des rares acteurs à se déclarer conservateur. En tant que tel, il est favorable à la libre-circulation des armes à feu – il en vend d’ailleurs à son nom via son site internet – mais comme chrétien, il est farouchement opposé à l’égalité des droits pour les couples de même sexe. En 2008, on l’a vu s’engager publiquement en faveur de la tristement célèbre proposition 8 qui a refermé l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Il a ensuite critiqué « l’ingérence » des militants LGBT dans le scrutin et les a accusé d’être « anti-démocratiques » lorsque ces derniers ont contesté le référendum.

L’acteur fait aussi référence au vif débat qui tourne autour de projets de loi anti-harcèlement. En effet, suite à une série de suicides chez les jeunes gays américains (lire Le suicide de cinq jeunes homos bouleverse l’Amérique), plusieurs Etats voudraient se doter d’une législation qui réprimerait le harcèlement des jeunes LGBT. Mais pour les militants chrétiens-conservateurs, dont Chuck Norris se fait le zélé représentant, il ne s’agit que d’une tentative des « lobbies gays » d’imposer leur « style de vie ».

« GUERRE DE LA CULTURE »
C’est ce qu’affirme l’un des plus importants lobby chrétien-conservateur américain « Focus on the family » qui fait de la lutte contre les projets de lois anti-harcèlement son cheval de bataille au motif qu’une législation visant à protéger les étudiants victimes de harcèlement pourrait aboutir à une répression des chrétiens. « Les militants homosexuels savent qu’ils ont gagné la guerre de la culture s’ils peuvent capturer le coeur et l’esprit de la prochaine génération », prévient Candi Cushman (ci-contre), de Focus on the family. (Par « guerre de la culture », les conservateurs désignent un conflit entre eux et les libéraux sur des questions de société comme l’avortement, la créationnisme, et le mariage entre personnes du même sexe, ndlr). Un comble, alors que de nombreuses études tendent à démontrer que le harcèlement des étudiants gays et lesbiens est un phénomène de masse, qu’un adolescent homosexuel sur quatre serait harcelé physiquement, et que les jeunes LGBT seraient en moyenne quatre fois plus susceptibles de tenter de suicider que leurs camarades hétérosexuels. « Plutôt que d’encourager la libre-pensée, conclut l’acteur qui voulait devenir le premier président du Texas en 2009, le système universitaire américain est devenu un système d’endoctrinement. » On croit rêver.

Enquête | International | People | 21.02.2011 - 13 h 24 | 21 COMMENTAIRES
Non, les gays ne préfèrent pas Britney Spears à Lady Gaga: Le sondage était bidon

Étiquettes : , , ,

Un site de presse de Floride accusait l’auteur de l’article qui présentait la chanteuse comme la nouvelle « icône suprême gay » d’être un « arnaqueur ». Après avoir affirmé que ses informations étaient exactes, le blogueur en question a reconnu que le sondage était bidon. Retour sur un buzz qui a fait le tour de la planète people.

Cette semaine, c’est l’effervescence sur les blogs consacrées à Britney. Pensez-vous, la princesse de la pop sacrée « icône suprême gay » devant Lady Gaga, Madonna ou encore Barack Obama et Cher! Même « Un complément d’actualité » a repris le « scoop » (lire BritBrit élue «icône suprême gay»: Une cabale contre Lady Gaga ?). Quelle récompense pour la chanteuse, plus connue pour ses déboires personnels que pour son engagement en faveur des LGBT! Problème: ce sondage s’avère être un faux.

UN SONDAGE BIDON
Fin du suspense qui tenait en haleine la planète people ces dernières 24H. Fernando Palazzo a finalement reconnu sur son blog que le sondage de l’Equality Project était en réalité un faux.

« Dans plusieurs de mes articles, j’ai cité Joel Waddell et son organisation, le prétendu Equality Project du comté d’Orange, écrit le chroniqueur. On a porté à mon attention que cette organisation était peut-être l’œuvre d’un ou plusieurs escrocs et qu’on ne devrait pas leur faire confiance. En fait, Joel Waddell est une connaissance et mon instinct initial était qu’il était digne de confiance. Il ne l’est pas. Je m’excuse pour avoir trompé mes lecteurs, ce qui n’a jamais été mon intention initial ». S’il le dit.

Rappel des faits: lundi 14 février, un chroniqueur de l’Examiner, Fernando Palazzo, publie les résultats d’un sondage de l’Equality Projet du comté d’Orange en Californie. L’article affirme que l’association a demandé à 1000 hommes homos de tout le sud de la Californie de choisir leur icône gay. Britney Spears est annoncée première avec 31% des votes, suivie par Madonna et Lady Gaga. Palazzo fait aussi intervenir un certain Joel Waddell, présenté comme un militant de l’association qui a monté le sondage. Ce dernier déclare notamment à propos de Lady Gaga qu’elle est « une artiste sans talent, une escroquerie. (Qu’)Elle est à la communauté Gay ce que Hitler a été à l’Allemagne. »

Dans les jours qui ont suivi, les blogs people et des sites d’informations ont repris la nouvelle en boucle.

Le Toronto Sun reprend l’information sur son site le 15 février:

Suivi par le blog « Celebritology » du Washington Post. C’est d’ailleurs à partir du Toronto Sun que « Celebritology » en fait sa Une quelques heures plus tard:

L’article de Palazzo est même repris par timesofindia.com le 16 février:

Enfin, c’est au tour de Pinknews de publier la nouvelle deux jours plus tard, jeudi 17. L’article explique très sérieusement qu’ « en 2009, Britney Spears renforcé son statut d’icône gay par le tournage d’une parodie de publicité de parfum pour les gays. »  Pschitt.

DE FAUSSES INFORMATIONS POUR COMPROMETTRE LADY GAGA?
Selon le site de presse SouthFloridaGayNews (SFGN) qui a mené l’enquête, plusieurs éléments accréditent la thèse de l’arnaque. SFGN explique avoir contacté diverses associations militant pour l’égalité qui ont avoué n’avoir jamais entendu parlé de l’Equality Project du Comté d’Orange et d’un militant appelé Joel Waddell. « FGN a en outre vérifié la base de données des sociétés de l’État de Californie mais n’a trouvé aucun document de l’Equality Project du comté d’Orange, annonce le journal. Une recherche sur Guidestar, une base de données des associations à but non lucratif, n’a également donné aucun résultat. L’organisation ne semble avoir ni site web, ni numéro de téléphone, ni facebook ni myspace. » SFGN soupçonne Palazzo d’avoir monté d’autres fausses nouvelles ces derniers mois.

Plus embêtant, Joel Waddell, que le chroniqueur fait intervenir dans plusieurs de ses articles, ne semble pas exister. « La source qui cite Palazzo dans certains de ses articles, Joel Waddell, semble également suspecte. Waddell se présente comme un membre de l’Equality Project, et est fréquemment cité en disant des choses scandaleuses, dont beaucoup semblent se concentrer sur sa haine de Lady GaGa, rappelle le journal. » En clair, SFGN accuse le chroniqueur de diffuser de fausses informations pour compromettre Lady Gaga. Pas démonté, Palazzo publie samedi un nouvel article dans lequel l’Equality Project accuse Lady Gaga… d’homophobie!

A noter que Joel Waddell pourrait être un pseudonyme. Peut-être une référence à Tom Waddell, le fondateur des Gay Games, et à Joel Burns, le conseiller municipal de Fort Worth (Texas) qui avait bouleversé l’Amérique dans un discours pour la campagne It gets better en octobre 2010 (lire Suicide des jeunes LGBT: La campagne It Gets Better ne s’essouffle pas).

EXPLICATIONS?

De son côté, Palazzo, qui n’a pas donné suite aux demandes d’interview de SFGN, m’avait envoyé un mail hier matin dans lequel il expliquait que les accusations du site à son encontre résultent d’une vengeance personnelle, et indiquait étudier les possibilités de poursuites judiciaires contre SFGN. « Je peux vous assurer que mes articles sont exacts à 100%» » affirmait-il. Sans donner davantage de détails sur ses mystérieuses sources.

J’ai demandé par mail des explications au blog « Celebritology » du Washington Post qui a été l’un des premiers a reprendre l’article de Palazzo le 15 février, ainsi qu’à la rédaction de Pinknews.co.uk qui a repris à son tour la fausse information le 17. A ce jour, ni l’un ni l’autre ne m’ont répondu.

International | People | 16.02.2011 - 10 h 31 | 32 COMMENTAIRES
BritBrit élue « icône suprême gay »: Une cabale contre Lady Gaga?

Étiquettes : , , ,

La chanteuse a été élue « icône suprême gay » au terme d’un sondage réalisé par l’Equality Project du comté d’Orange, en Californie, annonce un chroniqueur du site de l’Examiner. Problème, les déclarations d’un membre de l’association laissent planer le doute sur cette enquête.


31% DES SONDÉS METTENT LA PRINCESSE DE LA POP EN HAUT DE LEUR LISTE

L’Equality Project a demandé à un millier d’hommes gays du sud de la Californie de choisir l’icône suprême gay parmi un panel de personnalités qui comptait notamment Britney Spears, Lady Gaga, Madonna, Perez Hilton, Hillary Clinton ou encore Barack Obama et Cher, selon un article paru ce lundi sur le site de L’Examiner. Résultat: 31% des sondés mettent la princesse de la pop en haut de leur liste. « Britney Spears est une véritable icône gay, a déclaré Joel Waddell de l’Equality Project du comté d’Orange. Elle est authentique dans son affection pour nous et n’a pas besoin de nous exploiter comme un outil marketing comme un autre icône de la madone en cours. » Sur Madonna justement, arrivée en deuxième position avec 25% des votes, le militant se montre tout aussi enthousiaste: « Quand Madonna sortira un nouvel album, elle sera à nouveau au-dessus. Madonna est la plus grande icône que la communauté gay ait jamais eu. »

« LADY GAGA EST A LA COMMUNAUTÉ GAY CE QUE HITLER A ÉTÉ À L’ALLEMAGNE »
Joel Waddell ne semble toutefois pas très heureux que Lady Gaga soit arrivée troisième avec 22% des votes. « Lady Gaga est une artiste sans talent, une escroquerie », lance-t-il à la cantonade. Elle [Lady Gaga, ndlr] est à la communauté Gay ce que Hitler a été à l’Allemagne. » Le militant s’est excusé 24H plus tard pour ses propos sans rien lâcher sur le fond: « Je ne peux pas supporter Lady Gaga. Je pense qu’elle est fausse, sans talent, et qu’elle n’est rien d’autre qu’un produit des hommes d’affaires de droite qui tentent de faire ressembler les gays à des monstres. Cependant, à la comparer à Hitler n’est pas seulement une insulte faite aux Juifs, mais aussi à la communauté Gay. J’étais vraiment à côté de la plaque ce coup-ci! »

Notons que Katy Perry a remporté 12% des votes devant Perez Hilton, Hillary Clinton, Barack Obama et Cher. Reste qu’au vu des déclarations outrancières de ce militant de l’Equality Project, on est en droit de se poser des questions sur la validité de ce sondage. A l’instar de Liz Kelly sur son blog « Celebritology », hébergé par le Washington Post, qui ironise sur les résultats de cette enquête: « Nous ne pouvons que conclure que le comté d’Orange, en Californie, est le foyer d’une micro-saturation des fans gays de BritBrit qui sont tous des votants extrêmement motivés. Ou bien qu’ils pensaient voter pour Lady Gaga. »

Et vous, qu’en pensez-vous ?