La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Un complément d'actualité LGBT
Et vous, qu'en pensez-vous?
Associatif | Coup de gueule | Région | Société | 23.03.2012 - 14 h 45 | 7 COMMENTAIRES
Flag! accuse un général de «pression» dans une affaire de discrimination

Étiquettes : , , , ,

Le général Laurent Tavel, commandant la région de gendarmerie de Midi-Pyrénées, est dans la ligne de mire de Flag!, l’association des policiers et des gendarmes LGBT. Dans un communiqué indigné et rageur publié sur son site, celle-ci dénonce une «pression» et «une tentative d’intimidation» de la part de cet officier supérieur.

«ON L’A PEU À PEU PLACARDISÉ»
Pour comprendre l’histoire racontée par le communiqué de Flag!, il faut remonter à l’année dernière. Au mois de mai 2011, l’association reçoit l’appel à l’aide d’un adjudant de gendarmerie qui se dit discriminé dans sa brigade en raison de son homosexualité. «Il nous a fait part de dissensions entre lui et deux de ses collègues, raconte Mickaël Bucheron, président de l’association. Ça a commencé par des remarques puis on l’a peu à peu placardisé en le tenant à l’écart des enquêtes. C’est le schéma classique dans ce genre d’affaires». La victime, qui s’est déjà ouvert à sa hiérarchie et a même écrit au président Nicolas Sarkozy en sa qualité de chef des armées, n’arrive pas à faire avancer son dossier.

Flag! décide de prendre contact avec le commandement de gendarmerie de Midi-Pyrénées dont dépend l’adjudant. La réponse qui lui parvient n’est pas du tout du goût de l’association. «Tout d’abord, pour m’assurer de la légitimité de votre démarche, je souhaite disposer des justificatifs relatifs à la qualité d’adhérent à votre association de l’adjudant, ainsi que sa demande pour le représenter dans ce dossier», écrit le général dans un courrier dont Yagg a pu se procurer une copie (téléchargez Courrier general TAVEL a Flag.pdf).

«ATTEINTE AUX DROITS INDIVIDUELS ET ASSOCIATIFS»
Pour Flag!, c’est la douche froide. «Nous étions stupéfaits», se souvient Mickaël Bucheron. Selon lui, l’exigence du général contrevient au droit d’association. «Nous ne sommes pas un syndicat, interdit dans la gendarmerie, mais une association type loi 1901. Un gendarme peut y adhérer librement», rappelle-t-il. Pour Flag!, la réponse du général est clairement «une atteinte aux droits individuels et associatifs». Mickaël Bucheron y voit une manière de dissuader les policiers et gendarmes LGBT de rejoindre l’association: «Il y beaucoup de policiers et de gendarmes qui ne nous rejoignent pas justement par peur d’être fichés».

Dans son courrier, le général prévient aussi l’association qu’il a adressé une copie de sa réponse au procureur de la République de Toulouse au motif que la demande de Flag! «met en cause nommément, deux officiers». Flag! dénonce une «tentative d’intimidation». «C’est une manière de nous menacer de poursuites pour dénonciation calomnieuse», s’indigne Mickaël Bucheron.

«ON NE COMMUNIQUE PLUS RIEN»
Aujourd’hui, après avoir réfuté toute irrégularité au magazine Têtu, le commandement de Midi-Pyrénées a fait le choix de ne plus s’exprimer sur le sujet. Notre demande d’interview s’est heurtée à un mur: «Il n’y a tellement rien à dire sur ce communiqué qu’on ne communique plus rien», répond, pince sans rire, le responsable des ressources humaines.

Du côté de Flag!, on ne s’en laisse pas conter. L’association réclame maintenant des explications des autorités. Entre-temps, l’adjudant a fini par raccrocher son uniforme de gendarme, après vingt ans de service. Sa plainte, elle, suit son cours. Mais sans lui et sans Flag!.

Photo Babizoom

Coup de gueule | Musique | People | 07.07.2011 - 17 h 54 | 53 COMMENTAIRES
À quoi joue le rappeur Cortex?

Étiquettes : , , ,

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur cortex clash samy messaoud (pour le clip je suis gay)!!!

L’homophobie serait-elle devenue la nouvelle poule aux oeufs d’or marketing pour les rappeurs en mal de publicité? Après la polémique déclenchée par les propos de Lefa du groupe Sexion d’Assaut (lire Une interview homophobe de Sexion d’Assaut secoue le net), c’est au tour du rappeur Cortex de se distinguer dans une vidéo postée sur le Net hier soir.

« C’EST LES GAYS QUI CONTRÔLENT? »
C’est le site de Jean-Marc Morandini, jeanmarcmorandini.com, spécialisé dans les clashs en tout genre, qui révèle cette nouvelle sortie homophobe du rappeur. L’objet de ce discours nauséabond? Une autre révélation de M. Morandini, le chanteur Samy Messaoud et son clip intitulé « Je suis gay » (voir ci-dessous). La vidéo, d’une subtilité toute discutable et dans lequel il apparaît nu, connaît un certain succès sur le Net ces derniers jours. Le rappeur aurait-il pris ombrage de ce buzz?

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez sur Samy Messaoud – Je suis gay

«Samy Messaoud de mes couilles qui fait des clips de gay, on diffuse son clip, alors que moi on me censure parce que je montre des nichons», s’insurge le rappeur-poète. «Et l’autre, la cage aux folles on dit rien. Moi parce que je suis un noir, on me censure. Moi j’ai le cul propre, je m’en fout. Et ce vieux PD, on le laisse faire ça. Eh Samy, suces moi la bite, salope!», lance encore Cortex. «Moi je veux montrer, des nichons et des femmes en string et on me les coupe. Et des clips comme ça on les laisse. C’est donc les gays qui contrôlent? Je suis pas homophobe, n’allez pas dire encore Cortex homophobe.» Un palier supplémentaire dans la provocation pour ce rappeur qui n’en est pas à son coup d’essai.

COUP DE PUB?
Car Cortex, Sébastien Gozlin de son vrai nom, 30 ans, a déjà défrayé la chronique au début de l’année en déclarant dans l’un des titres de son dernier album qu’il ne supportait pas «que le maire de Paris soit pédé». En référence à Bertrand Delanoë qui a fait son coming-out en 1998. L’association SOS Homopobie a dénoncé un «dérapage haineux», amenant le chanteur à s’excuser du bout des lèvres sous prétexte qu’il ne supportait pas que le politicien «expose ses penchants sexuels». Il y a deux jours, le rappeur a été condamné à 500 euros d’amende et 1 000 euros de dommages et intérêts, par le tribunal correctionnel de Paris, pour avoir menacé «d’égorger» Marine Le Pen, dans une vidéo diffusée sur le Web en mars.

Faut-il y voir un exemple des «tensions qui existent entre les différentes minorités», comme l’avance le magazine LGBT suisse 360°? «Les associations gay arguent souvent que les lois en vigueur ne protègent pas les homosexuels des propos discriminatoires comme c’est le cas pour le racisme. A l’inverse, certains dénoncent le fait que la minorité homosexuelle serait favorisée au regard d’autres groupes sociaux», note le magazine. Autre hypothèse avancée, cette vidéo ne serait qu’un moyen de se faire de la publicité. «Il est de ce fait difficile de savoir quelle attitude adopter face à ce genre de propos, conclut 360°, [faut-il] les condamner fermement ou les ignorer pour ne pas accorder à leurs auteurs une attention démesurée?»

Et vous, que pensez-vous de cette vidéo, simple coup marketing ou véritable déclaration de guerre aux homos?

[Mise à jour, vendredi 8 juillet 2011, 12:10] Samy Messaoud annonce son intention de déposer plainte contre le rappeur Cortex dans une interview accordée ce matin au magazine Têtu. «Il y a aussi eu pas mal de critiques et puis une vidéo d’insultes de la part du rappeur Cortex, qui me traite de sale pédé», confie notamment le chanteur, qui ajoute: «Cela ne me touche pas mais je trouve ça nul et je vais déposer plainte contre lui.»

Coup de gueule | Politique | 16.06.2011 - 09 h 00 | 25 COMMENTAIRES
Des députés UMP veulent faire payer à Roselyne Bachelot son soutien au mariage des couples homos

Étiquettes : , , ,

En déclarant hier sa flamme à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe lors de Questions d’Info sur LCP/France Info/AFP, la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot a provoqué l’ire des députés UMP Philippe Meunier, Jacques Myard et Jean-Paul Garraud. Les trois parlementaires, par ailleurs membres du collectif de La Droite populaire, ont réclamé par voie de presse le soir-même la démission de la ministre.

« DE TOUTE FAÇON, CELA SE FERA »

Mme Bachelot a estimé au cours de l’émission à propos du mariage des couples homosexuels que « de toute façon, cela se fera » et que c’est une « question de mois, d’années ». Affirmant qu’elle aurait voté le texte du PS en ce sens, rejeté mardi par l’Assemblée, elle a déclaré, non sans malice: « J’ai remarqué que sur ces sujets, à la fin, j’avais toujours gagné. » Une petite phrase qui n’a pas plu à ses anciens collègues parlementaires.

« Nous demandons tous les trois à Mme Bachelot de démissionner. Ses déclarations sont scandaleuses. La majorité vient de rejeter une proposition de loi socialiste sur le mariage homosexuel. Si elle se situe au côté du PS et pas de la majorité, alors il faut qu’elle démissionne !», a déclaré à l’AFP M. Meunier. L’élu du Rhône a précisé qu’il allait appeler jeudi ses collègues UMP à signer un texte pour exiger la démission de la ministre.

« MEPRIS » ET « PROSELYTISME CATÉGORIEL »

Le député UMP Jacques Myard, qui s’est récemment illustré en mettant l’homosexualité sur le même plan que la zoophilie (lire Jacques Myard: « Messieurs les homos des deux sexes, foutez-nous la paix! ») a condamné à son tour les propos de la ministre.  « Elle est incohérente, elle rompt la solidarité gouvernementale et surtout, elle va directement à l’encontre d’un vote de l’Assemblée nationale, dont elle se fout visiblement. C’est grave, c’est du mépris », a affirmé le député des Yvelines également à l’AFP. « Dans cette affaire de mariage homosexuel, on est vraiment face à du prosélytisme catégoriel qui devient insupportable » a-t-il ajouté.

Ce n’est pas la première fois que la ministre se retrouve dans la ligne de mire de ces députés. En juillet 2010, lorsqu’elle évoque l’ouverture de salles de shoot pour les drogués dépendants, Jean-Paul Garraud publie une tribune sur son blog, priant la ministre de ne pas « se laisser aller ». Il a le soutien de Philippe Meunier et Jacques Myard, mais aussi celui de Brigitte Barèges et de Christian Vanneste. Car ces parlementaires sont également des figures de proue de La Droite populaire, un « collectif » de députés lancé en juillet 2010 après la raclée des régionales. Regroupant l’aile dure de la majorité, ils ont pour ambition de porter les valeurs de la « vraie droite ». Certains se rêvent d’ailleurs en « faucons » de Nicolas Sarkozy, sur le modèle de la garde rapprochée de l’ancien président des Etats-Unis George W. Bush. La charte du collectif place le patriotisme et surtout la sécurité – « première des libertés » – parmi leurs premières valeurs, avec l’école et la « gestion rigoureuse des deniers publics ».

« Sur les questions de société, je demande pour moi beaucoup de respect pour mes positions. J’ai le même respect pour les autres », a également affirmé Mme Bachelot au cours de l’émission. Revenant sur le vote du Pacs en 1999, elle a dit: « Ce que note avec intérêt, c’est que j’avais été seule au moment du Pacte civil de solidarité  Et que, aujourd’hui, les choses sont devenues beaucoup plus transversales. Et je note aussi que j’avais été l’objet d’attaques assez ignobles et violentes. Et que là, il y a vrai respect qui a gagné dans l’appréciation des positions des unes, des uns et des autres. » Roselyne Bachelot aurait-elle parlé un peu vite?

Regardez Roselyne Bachelot répondre aux questions des journalistes de Questions d’Info sur LCP/France Info/AFP (à partir de 17:35).

[Mise à jour 11:12] La ministre chargée de l’apprentissage, Nadine Morano, a apporté son soutien à Roselyne Bachelot ce matin sur France Info. « Elle n’était pas là pour prendre position sur un texte (…) mais pour exprimer son opinion personnelle », a-t-elle affirmé. Nadine Morano s’est dit favorable à « l’amélioration du Pacs et à sa signature en mairie », favorable aussi à la modification de l’art 365 du Code civil qui permettrait de « protéger les enfants de couples de même sexe ».

[Mise à jour 12:05] Le député UMP François Grosdidier dénonce à son tour l’initiative de ses collègues parlementaires, jugeant leur proposition « ridicule et choquante » dans une interview publiée ce matin par le Journal du Dimanche. « Roselyne Bachelot s’exprime en conscience, et elle en a tout à fait le droit, affirme le parlementaire. « Elle est en plus cohérente avec elle-même, puisque je crois me souvenir qu’elle était l’une, voire peut-être même la seule, parlementaire du RPR à avoir voté en faveur du Pacs. Nadine Morano, elle, a une position moins tranchée sur le sujet, et alors? », ajoute l’élu de Moselle. Rappelant à ses trois collègues que « la liberté d’expression vaut pour eux comme pour les autres », il évoque à leur sujet une « démonstration d’intolérance ».

Associatif | Coup de gueule | Education | 10.06.2011 - 19 h 04 | 15 COMMENTAIRES
Théorie du genre: la mobilisation contre la « croisade » anti-homo des cathos s’amplifie

Étiquettes : , ,

Après avoir laissé les associations familiales catholiques mobilisées contre l’enseignement de la théorie du genre (ou gender studies) occuper le terrain (lire Christine Boutin et la cathosphère partent en croisade contre l’enseignement de la théorie du genre au lycée), les syndicats d’enseignants et de parents d’élèves montent au créneau. L’Unsa éducation a ainsi dénoncé un « retour à l’ordre moral » en début de semaine. Cette fois, c’est au tour du Snes-FSU, premier syndicat de l’enseignement secondaire, de riposter.

« A LES ENTENDRE, IL N’Y AURAIT QU’UN MODÈLE
DE CELLULE FAMILIALE: LE COUPLE HÉTÉRO ET SES ENFANTS »
« L’enseignement catholique tire actuellement à boulets rouges sur les manuels de Sciences de la Vie et de la Terre accompagnant les nouveaux programmes de sciences du lycée, déplore le Snes-FSU, dans un communiqué publié sur son site mercredi 8 juin. […] A les entendre, il n’y aurait qu’un seul modèle de cellule familiale : le couple hétérosexuel et ses enfants. » Le Snes «se félicite que des questions au centre de la construction de l’individu soient abordées à l’école, sans tabou, mais aussi sans idéologie et dans le respect des sensibilités de chacun. Les esprits chagrins réactionnaires qui luttèrent et continuent de lutter contre la contraception et l’avortement, instrumentalisent aujourd’hui l’école pour médiatiser leur croisade contre l’homosexualité».

« L’ECOLE A POUR MISSION D’INSTRUIRE
ET D’ÉDUQUER DANS LE RESPECT DES SENSIBILITÉS»
Le Groupe national information et éducation sexuelle (Gnies) estime de son côté que « l’école a pour mission d’instruire et d’éduquer, dans le respect des sensibilités ». Dans les établissements scolaires, « l’ensemble des personnels est confronté au désarroi de jeunes en difficulté avec leur orientation sexuelle, note le Gnies dans son communiqué. Aborder cette question dans la classe est un premier pas vers le respect de chacun et la compréhension de l’autre. »

Le Gnies compte, notam­ment, parmi ses membres plu­sieurs syn­di­cats d’enseignants, la FCPE (pre­mière fédé­ra­tion des parents d’élèves de l’enseignement public), le mou­ve­ment fran­çais du plan­ning fami­lial, le conseil natio­nal des asso­cia­tions fami­liales laïques, l’association des pro­fes­seurs de bio­lo­gie et de géo­lo­gie, ainsi que La Mutuelle des étudiants.

La direction de l’enseignement catholique, les associations familiales catholiques ainsi que Christine Boutin s’étaient publiquement élevés contre les nouveaux programmes de SVT pour les premières L et ES, qui incluent la notion de genre.

Coup de gueule | 14.04.2011 - 11 h 06 | 35 COMMENTAIRES
Carton rouge aux « 10 bonnes raisons d’avoir un pote gay » de « Glamour »

Étiquettes : , , , ,

Dans l’un de ses articles, le site en ligne du magazine féminin aligne les clichés sur les gays. Lamentable.

Ne riez pas mais il m’arrive de lire des magazines féminins. Chez le médecin. Mais si, ces magazines posés en vrac sur un coin de table. Entre un vieux numéro du Point qui annonce la victoire de Sarkozy et un exemplaire du Journal de Mickey des années 90. Le plus souvent, l’exemplaire est écorné et largement périmé. Qu’importe, l’essentiel n’est pas de réfléchir mais de faire passer le temps. Et c’est un fait, entre 5 astuces pour faire grimper Jules au rideau et une déclaration de guerre aux ongles cassants, le temps semble s’écouler moins lentement. Ou plus rapidement.

Cette fois, je me suis penché la rubrique « Vie-Perso » du magazine féminin Glamour. Entre les 10 règles pour une  home-party réussie et les bonnes écoles pour devenir stylistes, un article intitulé « 10 bonnes raisons d’avoir un pote gay » a capté mon attention. Après m’être réjoui de lire qu’on ne parlera «évidemment pas des sessions shopping, ni de la caution branchée», je suis tombé des nues: c’est un concentré de sexisme et d’homophobie crasse. Jugez plutôt.

« AU NIVEAU DE L’ANUS »
Il est dit que le pote gay est branché: « Du coup, écrit la chroniqueuse, il sera toujours partant pour tenter un nouveau resto, un nouveau bar, ou un nouveau cours de hula hoop. » Pour le magazine, ce fameux « pote gay » est aussi un maniaque du matou: « c’est le seul mec qui […] veut tout savoir sur son alimentation, ses origines,  son pédigrée, son histoire. » On apprend également qu’un meilleur ami gay « reste indéniablement le meilleur radar à gay » et qu’il évite ainsi à sa copine de « perdre du temps à flirter avec des mecs [qui ne] l’intéresse pas du tout. » Autre raison pour une fille d’avoir son « pote gay », il respecte son « côté princesse » et « fait même semblant de [la] croire quand [elle] lui dit que non, [elle] ne va pas aux toilettes. » Mieux, il n’est « pas dégoûté » quand sa copine lui parle de ses problèmes « au niveau de l’anus ». Pour résumer: Le gay ignore que la fille a un vagin mais il est docteur ès anus. Le gay n’a pas non plus de neurones et de testostérone. C’est aussi cela, la touche Glamour.

Que les lectrices de Glamour acceptent d’être présentées comme des bécasses capricieuses et sans cervelles, ça les regarde, mais par pitié, laissez en paix les gays! J’ai gardé le meilleur pour la fin: selon le magazine, « l’avantage d’un meilleur pote gay, c’est qu’on peut lui parler des mêmes sujets qu’avec un garçon sans réponse évasive ou râle intempestif, et ça, ça n’a pas de prix ». Pour Glamour, en 2011, un gay n’est pas un garçon. Mais à quelle espèce appartient-il? Réponse au prochain numéro, sans doute.

[mise à jour, 18h30] Sur les conseils du yaggeur @berti et de tsp, on conseillera à la rédaction de Glamour de voir et revoir les sketchs pince-sans-rire de Mikala Bierma et Tyler Coates intitulés Disappointing Gay Best Friend. Et plus particulièrement celui s’intitulant: « Going out! » [ci-dessous]. Parce que les gays ne sont pas « toujours partant pour tenter un nouveau resto, un nouveau bar, ou un nouveau cours de hula hoop » [raison stupide N°5].

Si vous n’arrivez pas à lire la vidéo, cliquez sur Disappointing Gay Best Friend: GOIN’ OUT

Coup de gueule | International | Religion | 05.02.2011 - 06 h 39 | 31 COMMENTAIRES
Des théologiens réclament l’acceptation des couples homosexuels dans l’Eglise

Étiquettes : , , ,

Plus de 140 théologiens catholiques allemands, autrichiens et suisses ont appelé à une réforme de fond de l’Eglise de Rome qui accepterait les couples homosexuels en son sein, rapporte vendredi le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.


C’est un pavé dans la mare ou plutôt… dans les bénitiers. Plus de 140 théologiens catholiques allemands, autrichiens et suisses ont appelé à une réforme de fond de l’Église de Rome qui accepterait notamment les couples homosexuels en son sein, rapporte vendredi le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung. A l’origine de ce texte, la « crise sans précédent » que traverse l’Église catholique depuis qu’a éclaté en son sein une série de scandales d’abus sexuels perpétrés par des prêtres. « L’an dernier a vu un nombre sans précédent de fidèles quitter l’église catholique. 2011 doit être l’année d’un nouveau départ pour l’Église », soulignent les 143 théologiens, pour la plupart enseignants dans des universités germanophones.

« UN RENOUVEAU INDISPENSABLE »
La pétition, qui s’intitule, « Église 2011 : un renouveau indispensable », appelle à la fin du « rigorisme moral » de l’Église. En ce qui concerne l’homosexualité notamment: l’Église ne doit plus rejeter « ceux qui partagent amour, fidélité et peines réciproques au sein d’un partenariat de même sexe, ou ceux divorcés qui décident de mener une vie responsable au sein d’un nouveau mariage », affirme ses signataires. Outre l’acceptation des couples homosexuels, les pétitionnaires réclament la participation des fidèles aux nominations des évêques ainsi que l’ordination de femmes au sein de l’Église et la fin du célibat des prêtres. « L’Église a besoin de prêtres mariés et de femmes pour occuper les postes de l’église », écrivent-ils à propos des conditions d’ordination des prêtres. « Les tumultes que peuvent susciter un dialogue ouvert, sans tabous, ne sont pas nécessairement bien perçus, surtout à la veille de la visite d’un pape, conclut le texte. Mais l’autre solution, le silence de mort, ne peut être acceptable car il réduit à néant les derniers espoirs ».

« UN SIGNAL POSITIF MAIS… »

La réponse de l’Église ne s’est pas fait attendre. Le soir-même, Radio-Vatican, « La voix du pape et de l’Église à travers le monde », s’est fait l’écho de la pétition des 143 théologiens à travers cette réponse de la Conférence des évêques allemands aux pétitionnaires: « Dans leur réponse, les évêques estiment que cette démarche est un signal positif car elle démontre le désir des signataires d’offrir leur contribution au dialogue sur l’avenir de la foi et de l’Église en Allemagne (…) Mais, ajoute le communiqué, ils constatent que certaines demandes, déjà fréquemment débattues, vont à l’encontre de convictions théologiques et de définitions ecclésiales fortement contraignantes et que des éclaircissements urgents s’imposent ». Une réponse qui sonne autant comme un appel à la prudence que comme une mise en garde toute en douceur. Pour le moment.

Cet article vous a plu? Soutenez le travail de Yagg en cliquant ici.