3444 États-Unis: Une principale poussée à la démission après un commentaire homophobe | Un complément d'actualité LGBT

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Un complément d'actualité LGBT
Et vous, qu'en pensez-vous?
Dernier Billet
Education | International | 02.03.2012 - 15 h 52 | 4 COMMENTAIRES
États-Unis: Une principale poussée à la démission après un commentaire homophobe

Cette principale d’un lycée du Tennessee a notamment lancé à des élèves homos: «Si vous êtes gays, vous irez en Enfer».

Étiquettes : , , ,

Ce sont quelques mots glaçants lancés à des élèves qui ont coûté son poste à Dorothy Bond. Depuis jeudi, le portrait de l’ex-principale du lycée Haywood de Brownsville (ci-contre), dans le Tennessee, ne figure plus sur la page de l’administration. Dorothy Bond exerçait pourtant ses fonctions depuis les années 90. Mais son dernier dérapage aura manifestement été celui de trop.

«SI VOUS ÊTES GAYS, VOUS IREZ EN ENFER»
C’est au cours d’un débat sur les démonstrations d’affection en public que la chef d’établissement aurait pété les plombs. «Nous discutions et elle a pointé le doigt vers les gays en disant: Si vous êtes gays, vous irez en Enfer, si vous êtes enceintes, votre vie est finie», raconte une lycéenne, visiblement très émue, au journaliste d’Abc24, une chaîne locale qui a couvert l’affaire. Très choqués, des élèves ont en effet rapporté les mots de leur principale à leurs parents, qui ont à leur tour alerté la presse.

D’autres témoignages dénonçant l’homophobie de la chef d’établissement ont ainsi refait surface. Comme Tony Snipes, ce père d’élève qui révèle face caméra que son fils a été accusé par Dorothy Bond d’être gay en raison de sa coupe de cheveux: «Il y a quelques années, elle a dit à mon jeune fils que s’il s’asseyait entre les jambes d’une fille pour se faire faire des tresses, c’est qu’il devait être gay. Si vous êtes enceintes ou homosexuels, vous n’êtes pas la bienvenue dans cette école». Regardez le reportage réalisé par Abc24:

Si vous n’arrivez pas à lire la vidéo, cliquez sur Principal Dorothy Bond Tells Gay Students They’re Going To Hell.

Les déclarations de Dorothy Bond, largement relayées par la presse, ont fait scandale. La très influente Human Rights Campaign, considérée comme l’une des organisations les plus importantes en matière de droits des personnes LGBT aux États-Unis a notamment lancé une pétition en ligne qui a recueilli 5000 signatures en seulement quatre heures.

INTERDIRE DE PARLER D’HOMOSEXUALITÉ DANS LES ÉCOLES?
Devant le tollé provoqué par ses propos, Dorothy Bond a fini par présenter sa démission, qui a été immédiatement acceptée par sa direction, sans doute trop heureuse de mettre fin à cette mauvaise publicité. Il faut dire que l’État du Tennessee n’est pas réputé pour ses positions gays-friendly.

Depuis l’année dernière, un député républicain s’est mis en tête de faire adopter une  proposition de loi visant à interdire de parler d’homosexualité dans les écoles avant le «9th grade» c’est-à-dire l’équivalent de la 3e (lire Tennessee: Le débat sur la proposition de loi «Don’t Say Gay» est relancé). Plus récemment, un autre élu s’est illustré en comparant les homos à des meurtriers et des violeurs en réponse à la lettre d’une lycéenne qui l’interrogeait sur ses positions anti-gays. L’exemple vient d’en haut.

Photo haywoodschools.com

Photo du profil de Paul Denton
Publié par
Bonjour. Je suis journaliste-CM spécialisé dans la gestion des réseaux sociaux Mes blogs sur Yagg: http://yagg.com/author/paul-denton/ Accro à l'info sous toutes ses formes. J'adore les séries télé, la gastronomie, les plaisirs de la chair et les randonnées.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
LES réactions (4)
États-Unis: Une principale poussée à la démission après un commentaire homophobe
  • Par Gabrielle 04 Mar 2012 - 16 H 46
    Photo du profil de

    L’éducation et la politique, c’est pas la même chose. John Ragan représentant dans le Tennessee a bien pu dire haut et fort ce qu’il pensait, en comparant les lgbt à des déviants, des criminels et des malades mentales et c’est passé comme une lettre à la poste.

    Vanneste sera jamais tenu responsable de ce qu’il a dit, ni de l’avoir soutenu au parlement. La seule chose qui le met « en disgrace » c’est d’avoir fait la publicité de son opinion devant les médias. C’est possible qu’on se retrouve nous aussi avec une loi « don’t say gay »…avec la montée de l’extrême droite, c’est pas impossible.

     
  • Par tof81 03 Mar 2012 - 11 H 03
    Photo du profil de tof81

    Pour l’instant, cela n’arrive pas en France d’être forcé à démissionner pour homophobie : voir Vanneste qui est toujours en poste à l’UMP !!!

     
  • Par nileju 02 Mar 2012 - 18 H 06
    Photo du profil de

    « Si vous êtes trop con vous vous ferez viré de votre emploi »