La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Un complément d'actualité LGBT
Et vous, qu'en pensez-vous?
Dernier Billet
Recherche | Santé | Science | 24.05.2011 - 17 h 11 | 48 COMMENTAIRES
Science: Attention, votre voix pourrait trahir votre orientation sexuelle!

Désormais, il faudra aussi surveiller sa voix. Des chercheurs de l’Ohio State University pensent avoir découvert par ce biais le moyen de différencier un homo d’un hétéro.

Étiquettes : , ,

Des chercheurs américains affirment qu’il est possible d’identifier l’orientation sexuelle de son interlocuteurs rien qu’au son de sa voix. Pour quel résultat?

« Le menteur se gratte la base du nez et l’anxieux mordille son annulaire gauche ». On savait déjà qu’il fallait se méfier de ses moindres faits et gestes. Désormais, il faudra aussi surveiller sa voix. Des chercheurs de l’Ohio State University pensent avoir découvert par ce biais le moyen de différencier un homo d’un hétéro. Pour cela, nos chercheurs ont pris quatorze hommes, sept homos et sept hétéros, et les ont enregistré prononçant des mots anglais d’une syllabe composés d’une voyelle entre deux consonnes, tels que « sell » (vendre), « food » (nourriture) ou « mass » (masse). Les extraits ont ensuite été décomposés, et diffusés à un panel d’individus, lequel a dû dire s’ils étaient émis par un locuteur homo ou hétéro.

75% DE RÉPONSES EXACTES 
Les chercheurs ont obtenu 75% de réponses exactes, rien qu’à l’écoute des deux premiers sons du mot, la consonne initiale et la voyelle. « Il s’agit d’un phénomène qui se produit tous les jours», explique le professeur Erik C. Tracy, l’un des co-auteur de l’étude. Nous parlons constamment au téléphone avec des gens que nous ne connaissons pas, et c’est seulement à partir de cette conversation que nous pouvons être en mesure d’identifier ses caractéristiques personnelles […] leur sexe, l’âge, la race ou l’orientation sexuelle. Je ne suis pas certain à quelles voyelles réagissent les écoutants, avoue le professeur Tracy. D’autres recherches ont été menés sur les variations acoustiques pour comprendre pourquoi les homosexuels et les hétérosexuels produisent les voyelles différemment. Quelle que soit cette différence, il semble que les écoutants utilisent l’information acoustique contenue dans les voyelles pour rendre leur décision sur l’orientation sexuelle », conclue-t-il. Les résultats ont été présentés hier à Seattle lors de la réunion de l’Acoustical Society of America. Des experts cités par le site HealthDay soulignent néanmoins que « la recherche présentée lors de réunions par le professeur Erik C. Tracy n’a pas été soumis au même type d’examens rigoureux accordés aux recherches publiés dans des revues médicales. »

CARACTÉRISTIQUES COMMUNES
Cette étude vient s’ajouter à d’autres travaux menés aux Etats-Unis, au Canada mais aussi en Europe où plusieurs chercheurs travaillent à identifier d’autres types de caractéristiques communes aux homosexuels. Ainsi, certaines études tentent de démontrer que les homosexuels ont plus de grands frères que les hétéros. D’autres, qu’être gaucher accroît la probabilité qu’on homme soit gay de 34%, et qu’une femme soit lesbienne de 90% (la majorité des gays restant droitiers). Le même chercheur canadien qui travaillait sur la question des grands frères a utilisé les données récoltées par le sexologue Alfred Kinsey entre 1930 et 1960 pour affirmer que les homos auraient en moyenne un plus grand pénis que les hétéros. Avec une réserve – de taille (!) – toutefois: Kinsley avait demandé aux 5000 hommes participant à l’étude de se mesurer et d’envoyer eux-mêmes leurs résultats. Autant pour leur fiabilité.

Ces études ont d’abord reçu un à priori positif des mouvements LGBT américains, comme le souligne David France dans un article intitulé « The Science of Gaydar » (la science du radar gay) publié par New York Magazine en 2007. Selon le journaliste, elles permettaient d’expliquer l’homosexualité  autrement que par l’environnement familial (mère abusive et père absent). Pour autant, les recherches qui sont menées actuellement se concentrent sur l’inné et le système hormonal de la femme. Mais ces travaux pourraient également comporter des risques, souligne David France. Car si l’on arrive à isoler des réactions hormonales dans l’utérus – à l’origine de l’orientation sexuelle – on peut imaginer que l’on pourra, par des manipulations prénatales, chercher à « corriger » les grossesses. Pourquoi en effet ne pas chercher à s’assurer de naissances exclusivement hétérosexuelles? La droite chrétienne a déjà exprimé son espoir d’en arriver à ce cas de figure. Albert Mohler, professeur de théologie et évangéliste américain, explique sur son blog que, s’il est opposé à l’avortement d’embryons dont on a identifié l’orientation sexuelle, « il faut soutenir avec conviction le recours à tous les moyens appropriés permettant d’éviter la tentation sexuelle et les conséquences inévitables du péché. » (via Rue89)

Photo du profil de Paul Denton
Publié par
Bonjour. Je suis journaliste-CM spécialisé dans la gestion des réseaux sociaux Mes blogs sur Yagg: http://yagg.com/author/paul-denton/ Accro à l'info sous toutes ses formes. J'adore les séries télé, la gastronomie, les plaisirs de la chair et les randonnées.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
LES réactions (48)
Science: Attention, votre voix pourrait trahir votre orientation sexuelle!
  • Par rogopag 05 Juin 2011 - 20 H 12
    Photo du profil de rogopag

    C’est dommage qu’on ne pense pas à étudier l’origine de l’hétérosexualité : génétique, sociale ? Pour moi ça reste un vrai mystère…

     
  • Par oniisan 27 Mai 2011 - 18 H 26

    ou FtMpanVegan :

    Bonsoir,

    c’est de l’eugénisme pur.

    C’est totalement infondé et insensé comme étude pseudo-scientifique.

    Il ne faut pas oublier que prononcer les voyelles de telle ou telle façon dépend d’une part des langues que l’on parle, d’autre part de la toute première langue que nous avons apprise, et enfin, du regard sociétal posé sur la façon ou la manière de prononcer les voyelles. De toute façon, le déocupage binaire entre mâle et femelle ne tient pa sla route, c’ets du fantasme, du mythe, du stéréotype, du modèle. Vous avez déjà entendu une voix que vous avez considérée comme étant masculine alors qu’elle était produite par une femme et une voix dite féminine prononcée pa run homme. Donc, ça ne veut rien dire. Que deviendrait le chant alors ou la possibilité de parler avec plusieurs voix si l’on devait se cantonner à une seule manière de prononcer? C’est à la limite du fascisme de chercher à imposer comment il ou elle doit prononcer les choses.

    En plus, c’est de l’argent jeté par les fenêtre, plutôt que de prendre cet argent pour le donner à des oeuvres de charité, on va l’utiliser pour encore raffermir les préjugés binaires hétéronormatifs (les gays sont efféminés et les hétérosexuels sont tous virils et body-buildé-e-s, les lesbiennes sont toutes camionneuses et les femmes hétérotes sont toutes ‘féminines’, c’est tellement évident et les trans, les inter, ça n’existe pas ! Tout le monde est servi !!).

    Quand à parler de taux hormonaux qui seraient repsonsables de l’orientaiton sexuelle, c’est du pareil au même : de la foutaise, c’est flatter qqn-e dans une bassesse d’esprit. Ca revient encore une fois à culpabiliser l’entourage, sans parler de la personne directement concernée. « Votre fils est homo’, c’est de votre faute. » Et bien évidemment, derrière cela, il y a des dérives eugéniques (on retombe encore en fois en plein fascisme, en diktat; telle personne mérite de vivre et telle autre personne ne mérite pas de vivre dans la société, on n’en veut pas).

    Je vous le dis : il y a de quoi s’inquiéter et il y a de quoi crier, peu importe la façon dont on prononce les voyelles, peu importe la langue que l’on parle !

     
  • Par Loli-en-Francia 26 Mai 2011 - 20 H 12
    Photo du profil de Loli-en-Francia

    Etude quantitative avec deux lots de 7 individus? Juste LOL

     
  • Par Joel 26 Mai 2011 - 20 H 05
    Photo du profil de Joel

    C’est ridicule, je déteste les statistiques qui résument tout et qui généralisent tout, il y aura toujours des exceptions et des contradictions. Repérer un gay doit rester de l’ordre de l’implicite… Par ailleurs pourquoi savoir? Pour encourager les mouvements religieux pro-homophobes prônant l’idée d’eugénisme? Non merci, d’ailleurs je ne rentre pas dans les critères, et je suis gay!!!

     
  • Par sylvainj 26 Mai 2011 - 18 H 16
    Photo du profil de sylvainj

    @berti merci de ta précision :):)

    Du coup je me permets de te contredire tout de même ^^ : génotype + environnement => phénotype. Le génotype seul n’est pas capable d’expliquer nos phénotypes. Par ailleurs le fait de ne pas nous reproduire entre nous n’écarte en aucun cas une explication génétique à l’homosexualité, gènes récessifs, crossing-over et des milliers d’autres phénomènes que je ne maîtrise pas sauraient l’expliquer.

     
  • Par Paul Denton 26 Mai 2011 - 17 H 39
    Photo du profil de Paul Denton

    @Liaamax: merci, c’est corrigé. Le pire, c’est que je me suis bien dit « to buy », c’est acheter et « to sell », c’est vendre en écrivant l’article. Mais j’ai quand même interverti les deux 🙁

     
  • Par Liaamax 26 Mai 2011 - 15 H 48

    Juste pour dire que « sell » ça veut dire vendre et pas acheter 😉

     
  • Par gin 26 Mai 2011 - 14 H 11
    Photo du profil de gin

    @kira je ne vois pas où tu trouves que je sous-entends que seuls les gays sont dans cette logique de distinction par la voix: déjà, je ne prends pas les gays dans leur globalité, et ensuite je donne des exemples qui ne concernent pas des gays mais a priori aussi des hétéros (les femmes, la haute bourgeoisie).
    Ça me semblait clair que cette logique de distinction est suivie par un grand nombre (hétéros comme homos), souvent inconsciemment (c’est ce que dit Bourdieu).
    Mais c’est vrai que je n’ai pas écrit le parallèle « je suis hétéro, je suis viril, je veux le montrer en forçant ma voix », qui est tout à fait juste et qui découle aussi de cette logique de distinction. Merci de le rappeler.

    Ton deuxième paragraphe se rapproche de ce que je dis: en s’identifiant à une communauté (n’importe laquelle) donc en se distinguant des autres on adopte, consciemment ou non, les codes de cette communauté. Et la voix en fait partie.

     
  • Par nileju 26 Mai 2011 - 12 H 19
    Photo du profil de

    Le pire dans tout ça c’est qu’il a quelqu’un qui à du payer le financement d’une tel étude, et ça à du couter quelques millions, moi ça m’affole…

     
  • Par kira 26 Mai 2011 - 12 H 03

    @Gin : Je trouve ta réflexion intéressante, mais quelque chose me pose problème dedans. En fait, tu sembles sous-entendre (mais je me trompe peut-être), que seuls les gays seraient dans une logique de distinction par la voix, et pas les hétéros. Quand on voit le nombre de mecs hétéros qui travaillent extrêmement dur pour avoir une voix de « bon gars » (franchement j’hallucine quand des mecs sortent une voix à la terminator pour essayer de montrer que eux, ils sont virils), j’ai du mal à croire que les hétéros ne soient pas eux aussi dans cette logique. On peut en faire de même avec les filles hétéros d’ailleurs.

    Qu’on le veuille ou non, notre voix en dit beaucoup sur nous que ce soit sur notre classe, notre âge, ou notre sexualité. Dire que la sexualité ne peut pas influencer notre voix serait comme dire qu’il n’y a pas des pédés et des gouines, mais seulement des personnes avec des pratiques homosexuelles. Ce serait nier le fait qu’il existe une culture lgbtq et que cette culture (comme toute les cultures, et comme la culture hétéro) s’ancre dans les corps (ça veut pas dire qu’on a des corps différents, mais simplement qu’on ne les met pas en scène/qu’on ne les utilise pas de la même manière).

    Alors oui, c’est pas toujours le cas et blablabla, mais bon, on va pas commencer à faire les hypocrites entre nous, on a tou-te-s une option analyse vocale dans notre gaydar.

    Tout ceci étant dit, ces études sont gerbantes. Le coup de la longueur des doigts, c’est aussi utilisé dans des études dégueulasses sur les trans. Le truc drôle c’est que une étude débile a montré que les femmes hétéros étaient plus attirées par les mecs avec l’index et l’annulaire de la même longueur (ce qui est censé être des mains de femmes). En mettant les différentes études sur les doigts en parallèle, on pourrait donc se dire que les femmes hétéros sont au choix, des gouines refoulées, des filles à pédés, ou des transloveuses. Ca met sacrément à mal l’hétérosexualité tout ça.

     
  • Par akaimenousagi 26 Mai 2011 - 10 H 36
    Photo du profil de akaimenousagi

    Et puis aussi les américains ont trouvé le gène de la criminalité …

     
  • Par rolandcassar 26 Mai 2011 - 9 H 12
    Photo du profil de rolandcassar

    une étude menée sur un échantillon de quatorze personnes? waou, ça c’est du sérieux!

     
  • Par Berti 26 Mai 2011 - 8 H 53
    Photo du profil de Berti

    @sylvainj: en effet il y aune faute frappe: PAR est devenu « PAS » donc la phrase était « l’effet génétique traduit par l’aspect phénotypique ».
    😀
    Je me suis un peu emporté 😀

     
  • Par gin 26 Mai 2011 - 0 H 43
    Photo du profil de gin

    Justement je me demande si la voix « cliché » de certains gays ne correspond pas à un logique de distinction selon Bourdieu (cf son livre du même nom, désolé mes cours de sociolinguistique me reviennent en tête): la voix, accents comme intonations etc est utilisé dans une logique de distinction, notamment sociale: la haute bourgeoisie prononcera bien toutes les syllabes et en allongera certaine. De même, une partie des femmes, notamment des adolescentes, ont une période où elles rajoutent un « euh » à la fin de pas mal de mots, comme une marque de féminin.
    Ça rejoint ce que dit @pasdaccord notre voix peut-être une vraie carte de visite, mais le problème est que cela peut servir à la discrimination.
    Quand j’étais au lycée, un gars de ma classe était dans son trip « je me la joue grand bourgeois », et en plus du look et des manières il avait adopté une vrai diction/un vrai accent typique de la haute bourgeoisie (pour se distinguer des ploucs/pauvres que nous étions, perdus en pleine campagne? :-))

    Du coup, je me demande en quoi, consciemment ou pas, ce phénomène ne pourrait pas s’appliquer à certains gays, à la voix que l’on qualifie de « cliché »: « je suis gay donc je me distingue des autres, les hétéros, par un ensemble de codes, dont la voix » (Bourdieu inside?)
    C’est peut être une théorie foireuse que je fais mais ça me semblerait plausible, même si c’est fait inconsciemment (dans le sens  » je suis gay je dois (?) ressembler donc aux gays/à l’idée que ce font les autres des gays »).

    Je plussoie @Berti pour son « Chercher des similitudes physiques aux homosexuels est parfaitement absurde étant donné qu’on ne se reproduit pas entre nous », faudrait en faire des tracts et les distribuer à tous ces chercheurs américains…

     
  • Par Paul Denton 25 Mai 2011 - 22 H 16
    Photo du profil de Paul Denton

    Non mais il n’y a pas de souci, je suis là pour ça 😉

     
  • Par alexdj 25 Mai 2011 - 22 H 15
    Photo du profil de alexdj

    @paul-denton, ah oui en effet j’ai été mauvais élève sur ce coup, j’aurais du lire plus lentement, et mon message ironique est devenu ridicule du coup :). Enfin ça ne change pas le fond de ma pensée: Je ne crois pas qu’on puisse découvrir l’orientation sexuelle d’une personne juste par rapport à sa voix, en tout cas pas de manière infaillible (à part peut-être chez certaines personnes proches des clichés, et encore même là ça m’est arrivé de me planter royalement).

     
  • Par Paul Denton 25 Mai 2011 - 22 H 03
    Photo du profil de Paul Denton

    @sylvainj: je ne fais que rétablir les faits 😉

     
  • Par sylvainj 25 Mai 2011 - 21 H 54
    Photo du profil de sylvainj

    @paul-denton n’accable pas @alexdj 14 voix c’est très peu !

    @paul-denton content que tu partages mon analyse !

     
  • Par Paul Denton 25 Mai 2011 - 19 H 13
    Photo du profil de Paul Denton

    @alexdj: mais enfin, l’étude n’a pas été faite sur 14 personnes!!! 14 hommes ont participé aux enregistrements que l’on a ensuite fait écouter à un panel. C’est écrit dans l’article 😉

    @sylvainj: enfin quelqu’un qui a compris que l’intérêt de l’article, c’était d’abord sa photo 🙂

     
  • Par alexdj 25 Mai 2011 - 19 H 03
    Photo du profil de alexdj

    Cette étude a été réalisée sur… 14 personnes!!! Ah oui, en effet c’est du sérieux! 🙂

     
  • Par Têtuniçois 25 Mai 2011 - 18 H 51
    Photo du profil de Têtuniçois

    Puisqu’on donne des chiffres : 100 % des homophobes sont des cons .

     
  • Par sylvainj 25 Mai 2011 - 17 H 54
    Photo du profil de sylvainj

    oh merde si j’en crois mon index, je suis hétéro… S’il y a une fille sur yagg qui vient de faire le même constat, merci de me contacter dans le but de rentrer dans le rang.

    Plus sérieusement, à mon sens les études sont très souvent critiquables : je ne suis pas statisticien mais 7 voix dans chaque population me semble être un nombre ridicule tant il est bas et à mon sens ne prouve rien : pour peu que les 7 homos aient une voix légèrement plus aiguë que les 7 hétéros en question, les gens auront tendance à dire (à tort) que les 7 voix plus aiguë sont homos (enfin là je me perds dans mes explications). Tout ça pour dire que les études sont très imparfaites.

    @berti : Je ne comprends pas ce que tu dis sur génotype/phénotype. Il y a une faute de frappe dans ton commentaire ou je dois vraiment apprendre à lire ?
    Par contre je ne suis pas d’accord avec un de tes arguments. Aucune étude n’affirme avoir trouvé un critère bijectif (100% des gens atteint de ce critère sont homosexuels/100% des homosexuels sont atteints de ce critère).Il est donc malhonnête de dire « c’est n’importe quoi je n’ai aucun de ces critères et je suis homosexuel donc ces études sont fausses »
    Je ne dis pas que je crois en ces études, ce n’est pas le cas, je ne dis pas non plus que tu as complètement tort, mais je pense qu’il est important de ne pas faire ce genre

    Enfin j’ai tendance à penser que ce genre d’étude peut être un outil de l’eugénisme mais n’en est en aucun cas la cause, mais là on est dans quelque chose de l’ordre de l’opinion et aucun de nous deux ne pourra ne serait-ce qu’essayer de convaincre l’autre.
    Quant à la finalité de ces études, bien d’accord pour qu’on se pose la question, mais évitons de faire des procès d’intention tout de même.

    @paul-denton article sympa mais surtout fan de la photo ! On croirait un acteur de soap opera en pleine réflexion 😉

     
  • Par Paul Denton 25 Mai 2011 - 17 H 42
    Photo du profil de Paul Denton

    @pasdaccord: j’aime beaucoup ton commentaire 😉

     
  • Par Devotchka 25 Mai 2011 - 17 H 30
    Photo du profil de Devotchka

    C’est surtout que qu’ils avaient une chance sur deux d’avoir la bonne réponse quand même. Moi aussi, si on me montre une photo dans le noir, je peux essayer de deviner si la personne est homo ou hétéro. Et si j’ai 75% de réussite, on pourra appeler ça une étude !

     
  • Par Têtuniçois 25 Mai 2011 - 17 H 05
    Photo du profil de Têtuniçois

    Pourquoi toujours faire des recherches sur les homosexuels comme si nous étions des bêtes curieuses ; que les chercheurs se préoccupent plutôt d’une espèce en voie de disparition : les homophobes . ils sont hétéros mais ils ont du mal à se reproduire . C’est quand même bizarre ….

     
  • Par Pas d'accord 25 Mai 2011 - 16 H 57
    Photo du profil de

    C’est peut-être une enquête bidon, mais oui, je trouve que la voix dit énormément sur la personnalité… Personnellement pour moi la voix est le critère de séduction numéro 1.

     
  • Par Berti 25 Mai 2011 - 16 H 48
    Photo du profil de Berti

    Non mais ne t’inquiètes pas @paul-denton, j’ai entière confiance dans le sens critique des yaggeurs (toi y compris, of course) 😉

     
  • Par martial5 25 Mai 2011 - 16 H 37
    Photo du profil de martial5

    bon je suis gaucher, on dit que mon sexe est énorme, on me prend souvent pour ma mère au téléphone, j’ai surement un frère ainé caché et non reconnu quelque part, et oui: JE SUIS GAY yeahhhhh ça fait toutefois un très long moment que je m’en suis aperçu. mais au lieu de recherche tous ces facteurs physiques, le demander ne serait-il pas plus simple? je me demande comment l’ont pris les 25% qui n’ont pas été découverts…

     
  • Par antoine 25 Mai 2011 - 16 H 34
    Photo du profil de antoine

    Cet article de rue89 m’avait fait bien rire même si j’ai un grand frère et que je suis gaucher ce ne sont que des coïncidences je pense.

    Je suppose qu’ils ont oublié l’existence des bi pour pouvoir faire leurs études ridicules…

     
  • Par mstephane 25 Mai 2011 - 16 H 26
    Photo du profil de mstephane

    Il faudrait même multiplier l’échantillon par 100 je dirais, minimum.

    Ensuite, avec ce genre d’études, on ne peut qu’associer des caractères ensemble. On ne sait pas forcément si cette association est soutenue ou non par une base biologique. C’est d’ailleurs souvent la seconde partie du travail.

    Personnellement, je trouve le sujet de la recherche assez intéressant mais ce qui est effrayant, c’est effectivement les dérives qui pourraient découler de ces travaux.

    Heureusement, l’échantillon est si faible qu’ils ne paraîtront sans doute pas dans une revue spécialisé. Je me demande comment le directeur de cette équipe de scientifiques a pu orchestrer et financer une étude qui n’a aucune chance d’être publié …

     
  • Par Paul Denton 25 Mai 2011 - 15 H 51
    Photo du profil de Paul Denton

    Pour le coup @berti, je pensais avoir suffisamment cité de détracteurs pour ne pas être taxé de manque de sens critique. Visiblement, en ce qui te concerne, c’est raté 🙂 Mais j’ai toujours tendance à laisser les gens se faire eux-même une idée de la validité de ce type d’étude. En général, ils réfléchissent, les yaggeurs. La preuve 🙂

     
  • Par Synnelet 25 Mai 2011 - 15 H 47
    Photo du profil de Synnelet

    Y’a 70ans, y’avait ce genre de tests, dans les camps. Haha.

     
  • Par Berti 25 Mai 2011 - 15 H 27
    Photo du profil de Berti

    En effet, je me pose sérieusement la question de « où veulent-ils en venir »!! Chercher des similitudes physiques aux homosexuels est parfaitement absurde étant donné qu’on ne se reproduit pas entre nous (enfin pas entre gay ou entre lesbienne, l’accouplement interspécifique étant tout de même possible) l’effet génétique traduit pas l’aspect phénotypique me parait totalement IN-scientifique et presque anti-logique!
    Perso, j’ai une voix normale, et mon annulaire est plus petit que mon index, j’ai un grand frère et une grande soeur (parfaitement hétéros-mariés-parents)… je ne devrais donc pas être homo??
    Comment peut-on encore citer les travaux de Kinsey?? ils sont totalement dépassés et la première étape, la collecte des données est biaisée à souhaits!
    Comment peut-on faire des travaux « scientifiques » avec un population échantillon de 14 personnes, divisées en deux groupe de 7… qu’il multiplie ses effectif par 10 et choisisse au hasard ses sujets et nous en reparlerons.
    BREF: @paul-denton, j’aurais espéré un peu plus de critique de ta part.
    @gin, merci de rester aussi vigilente!
    ATTENTION AUX DERIVES EUGENISTES. Si en France il est interdit de faire des études sur critères « raciaux », ce n’est pas pour rien. Associer des critères morpholigiques à des tendances religieuses ou sexuelle est la porte ouverte à la descrimination, à l’eugénisme, au génocide.

     
  • Par mstephane 25 Mai 2011 - 15 H 26
    Photo du profil de mstephane

    « Des experts cités par le site HealthDay soulignent que « la recherche présentée lors de réunions par le professeur Erik C. Tracy n’a pas été soumis au même type d’examens rigoureux accordés aux recherches publiés dans des revues médicales. »

    Ce genre de recherche, si elle n’est pas béton, a peu de chance de paraître dans des revues spécialisées et d’être reconnue par les pairs.

     
  • Par Dotkish 25 Mai 2011 - 15 H 20
    Photo du profil de Dotkish

    Je vais pas m’étaler sur toutes les théories ahurissantes qui ont été faîtes aux US pour détecter qui est gay ou hétéro, mais je souhaitais juste approuver l’histoire de la voix.

    Personnellement, et ce depuis des années, malgré tous les efforts que je fais, à partir du moment où j’ouvre la bouche, je peux être sur que les 3/4 des personnes autour de moi ont captés ma sexualité (alors qu’il n’y rien physiquement qui puisse le prouver).

    Je pense opter prochainement pour le mutisme en société… :/

     
  • Par Yann 25 Mai 2011 - 15 H 19
    Photo du profil de Yann

    Je suis las de ces gens qui prétendent réaliser des études scientifiques. Heureusement ils ne peuvent pas contraindre la science à entériner leurs désirs. Cependant ils peuvent amener la population à croire que ce qu’ils déclarent est validé scientifiquement.
    À quand une étude phrénologique ? Ne me répondez pas, je crains que cela ait déjà été tenté.

     
  • Par Paul Denton 25 Mai 2011 - 15 H 03
    Photo du profil de Paul Denton

    @phil86: 0 en orthographe élève Paul Denton 😉 Merci.

     
  • Par Phil86 25 Mai 2011 - 14 H 49
    Photo du profil de

    « quelle que soit la différence », Paul 😉

    sinon les extrémistes chrétiens sont de parfaits hypocrites : opposés à tout ce qui touche à l’embryon, ils ne sont pas contre cette éventuelle (mais, souhaitons-le, impossible) manipulation génétique qui n’a rien à envier à l’Allemagne des années 30…

     
  • Par gin 25 Mai 2011 - 4 H 23
    Photo du profil de gin

    @Paul-Denton Oui là je comprends mieux pour la différence de panel (combien ont écoutés et combien ont enregistrés), mais je trouve un peu bancal aussi de ne prendre « que » 14 hommes à enregistrer, quand bien même il y aurait 1000 personnes pour les écouter. Car surtout, comment les ont-ils choisi ceux qui ont fait l’enregistrement? La voix (accent comme intonation) étant vraiment influencé par le milieu social, la culture, le sexe etc, ça n’aurait pas été du luxe que les chercheurs détaillent leur panel (et s’intéressent à la sociolinguistique?).

    Quand je peste sur les théories à la con (genre les hormones) c’était purement rhétorique: je m’énerve toute seule (c’est « chère Gin » et pas « cher Gin » :-)) contre tous ces chercheurs, je sais que ce n’est pas le sujet de l’article.

    De même je me doute bien que tu reprends le titre de l’étude: ça n’était pas une remarque pour toi mais pour les chercheurs de l’étude, je râle donc toute seule contre ces chercheurs qui n’arrivent même pas à faire un titre réellement en adéquation avec leurs recherches (limite je hurlerais à la misogynie et à la lesbophobie si je rencontrais l’auteur du titre de cette étude).

    (Oui j’aime bien râler toute seule tout en en faisant profiter les yaggeurs et les yaggeuses 🙂 c’est plus fort que moi, je suis allergique aux études scientifiques complétement stupides)

     
  • Par Neky 24 Mai 2011 - 21 H 55
    Photo du profil de Neky

    Mon index et mon annulaire font précisément la même taille… Ça veut dire que je suis bi ? 😀

     
  • Par Paul Denton 24 Mai 2011 - 21 H 48
    Photo du profil de Paul Denton

    cher @gin, pour commencer, je pense que @risah évoquait le « panel » qui devait prédire l’orientation sexuelle des quatorze hommes après enregistrement de leurs voix. Pour le coup, je n’ai pas trouvé de détails sur le nombre d’individus qui ont participé à cette étude.
    En ce qui concerne les recherches actuelles, je suis volontairement resté flou car ce n’était pas le sujet principal de l’article mais tous les détails sont mentionnés dans le travail de David France (en anglais), j’ai mis son article en lien au début du paragraphe (pdf).
    Par contre, j’assume mon titre: l’étude prétend qu’un auditeur est capable de prédire avec exactitude, dans plus de trois quarts des cas, l’orientation sexuelle d’un inconnu. Après, je suis plutôt d’accord avec vous, l’étude est bancale. C’est dit dans mon article, d’ailleurs 🙂

     
  • Par Risah 24 Mai 2011 - 21 H 41
    Photo du profil de

    Ben non les 14 hommes c’est juste ceux qui ont fait l’enregistrement, pas l’échantillon de ceux qui réagissent @Gin … Ou alors j’ai rien compris :/ « Les extraits ont ensuite été décomposés, et diffusés à un panel d’individus »

     
  • Par gin 24 Mai 2011 - 21 H 11
    Photo du profil de gin

    @Risah et @PaulDenton La taille de l’échantillon n’est par mentionnée dans l’article par « nos chercheurs ont pris quatorze hommes, sept homos et sept hétéros, et les ont enregistré prononçant des mots anglais »?

    « Car si l’on arrive à isoler des réactions hormonales dans l’utérus à l’origine de l’orientation sexuelle… » ça tombe pas un peu à l’eau leur théorie face à la réalité, dans le cas de jumeaux par exemple? J’imagine des « hormones lesbiennes » en train de se presser autour de mon placenta pour y rentrer mais pas dans celui de ma jumelle ^^ (et dans le cas des jumeaux monozygotes? C’est encore plus bancale leur théorie, je suis sûre que je peux trouver des jumeaux monozygotes avec une orientation sexuelle différente).

    Sinon cette histoire de voix me fait pensé au gros cliché des gays efféminés dans leur manière de parler: dans les tons (aigus) de leur voix mais aussi dans les intonations, du genre « grande bourgeoise » par exemple.
    Ça peut donc être compréhensible, si les « chercheurs » ont choisi des gens qui parlent de cette manière puis ont fait écouter leur enregistrement à des inconnus, de tomber sur des résultats positifs à 75% je pense (le ton et les intonations peuvent être modulés et ça a une grosse part de culturel, on n’a pas les même intonation si on vient de la haute bourgeoisie ou du prolétariat, alors pourquoi pas tenir un type d’intonation « connoté gay » d’une construction sociale/culturelle aussi?)

    @Risah et @PaulDenton La taille de l’échantillon n’est par mentionnée dans l’article par « nos chercheurs ont pris quatorze hommes, sept homos et sept hétéros, et les ont enregistré prononçant des mots anglais »?
    Du coup un échantillon de 14 hommes c’est pas un peu léger? Surtout qu’il n’y a « que » 75% de réussite.
    Et pourquoi parler de « votre voix pourrait trahir votre orientation sexuelle » alors qu’on ne prend que des hommes pour faire la recherche: les personnes homosexuelles sont-elles seulement des hommes?
    Bref… étude plus que bancale selon moi.

     
  • Par sinisalo 24 Mai 2011 - 18 H 45
    Photo du profil de sinisalo

    n’importe nawak… Et quel intérêt de savoir qu’un gaucher à 34% plus de chances d’être gay? … mais qu’est ce qu’on s’en tamponne…

    Les dérives on les connais, elles sont dites ici, que des extrémistes en arrivent à vouloir détruire tout « embryon » potentiellement gay…

    Faut être taré quand même…

     
  • Par Paul Denton 24 Mai 2011 - 18 H 36
    Photo du profil de Paul Denton

    Pan sur le bec, merci @risah 🙂 à priori la taille de leur échantillon n’est pas mentionnée lol

     
  • Par Risah 24 Mai 2011 - 18 H 21
    Photo du profil de

    C’est 75% non? J’ai vu ce pourcentage sur plusieurs sites.
    J’ai hâte de voir la taille de leur échantillon…

     
  • Par Fabizm 24 Mai 2011 - 17 H 21
    Photo du profil de

    Comment ça les chrétiens sont pour manipuler les hormones? Ça veut dire que la grossesse ne sera plus naturelle comme l’exige Dieu :O Et après ils viennent dire que l’homosexualité n’est pas « naturelle »? Bullshit!